Entreprises et monde agricole

Optimiser l’éclairage de mon commerce

Mis à jour le 12/12/2018

Pour vous permettre d’agir sur l’éclairage de votre commerce de proximité, nous vous présentons de nombreux conseils dans les tableaux suivants.

Légende

Facilité Temps de retour sur investissement (TRI) Coût

*

Facile

+

Court terme

Faible

**

Moyennement facile

+/-

Moyen terme

€€

Modéré

***

Difficile

-

Long terme

€€€

Élevé

 

Favoriser l’éclairage naturel

  Facilité TRI Coût

Profiter des espaces naturellement lumineux (comme les surfaces vitrées) afin de favoriser l’éclairage naturel.

*

+

Privilégier les couleurs claires pour le plafond, les murs et le mobilier. Cela renforce la luminosité naturelle du local.

*

+

Adapter les postes de travail à l’ensoleillement naturel. Par exemple, les postes de shampoing chez les coiffeurs peuvent être orientés de manière à favoriser l’utilisation de la lumière du jour.

**

+/-

€€

Créer des puits de lumière, qui permettent de capter la lumière à l’extérieur pour l’amener dans les pièces peu ou pas éclairées naturellement.

***

-

€€€

 

Adapter la production au besoin réel d’éclairage

  Facilité TRI Coût

Promouvoir les bonnes pratiques auprès des usagers (surtout le personnel) : par exemple, le fait d’éteindre la lumière lorsque la pièce n’est plus occupée.

*

+

Éteindre manuellement les éclairages quand la lumière naturelle est suffisante si aucun dispositif de régulation n’est mis en place.

*

+

Adapter le niveau d’éclairage en fonction des locaux et des activités. Par exemple, dans une pharmacie, 800 lux sont nécessaires alors que dans une lingerie, 500 lux sont suffisants.

**

+/-

€€

Diminuer la puissance de l’éclairage général du commerce en complétant le système général par des éclairages d’appoint. Cela permet de mettre en valeur les produits par contraste de luminosité.

***

+/-

€€

Différencier son éclairage selon l’endroit à éclairer. Cela permet de créer une dynamique et une ambiance dans la surface de vente et peut être source d’économie d’énergie.

***

+/-

€€€

  

Utiliser des équipements d’éclairage performants

  Facilité TRI Coût

Dépoussiérer régulièrement les luminaires afin de maintenir leur performance et augmenter leur durée de vie.

*

+

Supprimer les lampes halogènes (notamment les spots encastrés dans les faux plafonds) et les remplacer par des LED (quatre fois moins consommatrices).

*

+

Remplacer les tubes fluorescents T8 par des tubes T5 avec ballast électronique (moins énergivores), associés ou non à un dispositif de contrôle (détecteur de présence, détecteur de luminosité).

**

+/-

€€

Pour les grands espaces, remplacer l’éclairage général par des nappes d’éclairage fluorescent en tubes T5.
Cette solution est éligible aux Certificats d'économies d'énergie (CEE) avec la fiche BAT-EQ-111.

**

+

€€€

Pour les vitrines, supprimer les spots halogènes, trop énergivores, au profit de lampes à iodure métallique avec ballast électronique, qui ont une efficacité et une durée de vie plus élevées.

*

+

Supprimer les spots halogènes au profit de LED pour un éclairage d’accentuation moins énergivore. Ces systèmes doivent être privilégiés dans les commerces de produits frais afin d’éviter une détérioration des aliments.

Cette solution est éligible aux CEE avec les fiches BAT-EQ-126 et BAT-EQ-127. Elle peut également être accompagnée par un PEE.

*

+

Installer des détecteurs de présence dans les espaces occupés par intermittence, par exemple les réserves de votre commerce. Les détecteurs de présence peuvent aussi être intégrés dans les salles d’attente (dans les salons de coiffure ou d’esthétique, par exemple).

*

+/-

Installer des Blocs autonomes d’éclairage de sécurité (BAES) à faible consommation, c’est-à-dire à LED.

**

+/-

 

Optimiser la régulation et le pilotage de l’installation de l’éclairage

  Facilité TRI Coût

Installer une horloge pour une extinction automatique de l’éclairage afin de respecter les réglementations.

**

+

Programmer les arrêts des blocs autonomes d’éclairage de sécurité lors des périodes de non occupation. Il faut néanmoins que les BAES puissent assurer leur fonction de sécurité.

*

+

Installer des interrupteurs (cellules photosensibles) pour faire varier l’éclairage en fonction de l’apport de lumière naturelle.

**

+

Piloter les zones d’éclairage par gestion centralisée si le commerce se trouve dans un groupement de commerces ou s’il possède plusieurs pièces à usages différents. L’éclairage peut ainsi être actionné facilement lors de besoins particuliers (l’appel d’un ascenseur, par exemple).

**

+/-

€€

 

Pour information

Penser à adapter la température de couleur aux zones à éclairer. On privilégiera ainsi une température de couleur élevée (5 000 K, lumière bleutée) pour une poissonnerie par exemple, alors qu'on préférera une température de couleur plus basse (3 000 K, lumière chaude) pour un commerce d'habillement. La température de couleur doit être indiquée sur l'emballage de la source lumineuse.