Nos expertises

Le bois énergie et la qualité de l’air

Mis à jour le 04/04/2017

La combustion de biomasse, comme toute combustion, émet divers polluants atmosphériques. Les émissions sont majoritairement issues des appareils non performants (foyers fermés et poêles anciens ou foyers ouverts) du parc domestique.

Les principaux polluants ou précurseurs de polluants émis par le chauffage au bois (utilisé dans ce texte comme intégrant le chauffage domestique, les installations collectives et industrielles), sont les particules fines PM 10 et PM 2,5, les HAP (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques), le monoxyde de carbone (CO), les composés organiques volatils (COV) ainsi que, dans une moindre mesure, les oxydes d'azote (NOx).

Le parc français d'appareils de chauffage domestique au bois se caractérise par 50 % d'équipements non performants (15 % de foyers ouverts et 36 % de foyers fermés antérieurs à 2002), très polluants : ils émettent 80 % des particules fines issues du chauffage au bois.

En revanche, les installations de plus forte puissance (chaudières biomasse collectives, et industrielles, chauffage urbain) sont beaucoup moins émettrices de polluants gâce à des conditions de combustion plus favorables, et la mise en place de traitements secondaires. Elles sont par ailleurs soumises à des valeurs limites d’émissions réglementaires (ICPE 2910) strictes, rubriques définies selon les combustibles utilisés.

 

Synthèse règlementaire de la rubrique ICPE 2910

Les directives européennes de la qualité de l’air fixent des niveaux maximum de polluants, notamment en termes de particules admissibles dans l’air ambiant. Le plan particules a été lancé en 2010, afin de réduire de 30 % d’ici à 2015 les émissions de particules PM 2,5 (les plus nocives). Les actions sur la biomasse énergie sont parmi les principaux leviers pour améliorer la qualité de l’air.


Pour le parc résidentiel, les efforts doivent se concentrer sur :

  • la réduction de l’usage des appareils individuels les plus émetteurs de polluants, tels que les foyers ouverts ainsi que les appareils à foyer fermé anciens. La priorité doit être donnée aux équipements les plus performants (porteurs du label Flamme Verte ou présentant des performances équivalentes). Les progrès techniques réalisés sur les appareils au bois depuis 2002 ont permis de réduire considérablement les émissions de polluants et d’améliorer l’efficacité énergétique des équipements ;
  • le bon dimensionnement et la qualité de l’installation (installateur qualifié « reconnu garant de l’environnement ») ;
  • l’information aux usagers sur les bonnes pratiques de l’usage du bois (entretien de l’appareil, ramonage bisannuel, usage de bois sec, c’est-à-dire à humidité inférieure à 22 %, et exempt de produits chimiques).

 

Pour les installations collectives et industrielles, les efforts doivent se concentrer sur la mise en place des meilleures techniques disponibles permettant de réduire les émissions de polluants.

FONDS AIR

Afin d’accélérer le renouvellement du parc non performant et de diffuser largement les bonnes pratiques, l’ADEME a lancé un appel à manifestation d’intérêt à destination des collectivités pour les accompagner dans le montage de Fonds Air. Ces fonds visent à aider financièrement les particuliers disposant d’un appareil non performant (foyer fermé antérieur à 2002 ou foyer ouvert) pour qu’ils le renouvellent par un appareil Flamme Verte 5 étoiles (Fonds Air bois de la Vallée de l’Arve) ou 7 étoiles (autres Fonds Air), ou de performances équivalentes. En plus du renouvellement des appareils, les fonds ont pour objectifs de financer l’animation territoriale ainsi que des campagnes de sensibilisation et de diffusion des bonnes pratiques.

Ci-dessous, la liste des appareils éligibles aux Fonds Air. Les appareils ne figurant dans aucun de ces 2 registres NE SONT PAS éligibles aux Fonds Air.
 
Registre des appareils
label FLAMME VERTE
Registre des appareils
non labellisés
 
Registre Flamme Verte
Registre NFV (XLSX - 69.04 Ko - 04/04/2017)
 
Registre NFV (OS) (ZIP - 53.4 Ko - 04/04/2017)
      

                                                                                       

Lire aussi notre article sur les réseaux de chaleur