Entreprises et monde agricole

Définition, sources d'émissions et impacts du protoxyde d’azote

Mis à jour le 28/08/2017

Le protoxyde d’azote (N2O) est un gaz aux multiples sources d’émission qui contribue à l’effet de serre de façon significative.

Définition du protoxyde d’azote

Le protoxyde d’azote, dont la formule chimique est N2O, est un composé oxygéné de l’azote qui n’est traditionnellement pas inclus parmi les oxydes d’azote (NOx) au niveau des inventaires de rejet. Le protoxyde d'azote est aussi connu sous le nom d’oxyde nitreux.

Sources d’émission du protoxyde d’azote

Une des sources majeures d’émissions de N2O est liée aux phénomènes de nitrification/dénitrification dans les sols cultivés en lien avec l'utilisation d'engrais azotés minéraux et la gestion des déjections animales. D'autres sources importantes ont été identifiées telles que certains procédés industriels (fabrication de glyoxal, d'acides adipique, glyoxylique et nitrique) et certains équipements de combustion (stationnaires et mobiles).
Depuis 1990, on observe une baisse d’environ 35 % des émissions de protoxyde d’azote due à la mise en œuvre d'un contrôle des émissions par le secteur de l'industrie chimique. Bien que marginale, la part attribuée au trafic routier est, elle, en forte hausse du fait de la généralisation des pots catalytiques sur les voitures.

Les activités agricoles émettent du N20

Les émissions de protoxyde d’azote relatives aux activités agricoles sont liées à la gestion du cycle de l’azote contenu dans les fertilisants et les effluents d’élevages. Elles sont généralement sous contrôle biologique et diffusent dans l’espace et dans le temps. Leur réduction implique diverses pratiques et modifications du système d’exploitation, à adapter selon le contexte et les productions. Elle doit aussi prendre en compte les transferts potentiels de pollution.

Dans l’industrie, trois sources principales de N2O ont été identifiées :

  • les ateliers de production d'acide nitrique ;
  • les ateliers de production de glyoxal et d'acide glyoxylique ;
  • les ateliers de production d'acide adipique.

Les impacts du protoxyde d’azote

Le protoxyde d'azote est un puissant gaz à effet de serre (GES) ayant un pouvoir de réchauffement global (PRG) sur 100 ans 310 fois plus élevé qu'une masse équivalente de dioxyde de carbone. Il participe donc grandement au réchauffement climatique de la planète.
Le protoxyde d’azote contribue également au phénomène de destruction de la couche d’ozone.

Sommaire du dossier :