Collectivités et secteur public

Les bons gestes des collectivités pour économiser l’électricité en hiver

Mis à jour le 16/11/2016

Voici neuf gestes simples pour aider votre collectivité à économiser l'électricité cet hiver et réduire ses factures.

Pourquoi maîtriser sa consommation électrique en hiver ? Déjà, réduire vos consommations d’énergie au sens large vous permettra de réaliser des économies. Toujours bon à prendre dans la période actuelle marquée à la fois par le renchérissement des coûts liés à l’énergie et par la raréfaction des moyens publics.

Ensuite, parce que parmi toutes les sources d’énergie, l’électricité présente la particularité d’être thermosensible. Les pics de consommation aux heures de pointe se révèlent en effet un vrai casse-tête à gérer par les grands électriciens, et constituent de ce fait un véritable enjeu national.

Alors, prêts à nous aider à relever le défi ? Voici neuf gestes simples à adopter au sein de votre collectivité.
 
  1. Éteindre l’éclairage intérieur des bâtiments la nuit, le week-end et lors des périodes de fermeture conformément à la réglementation. Améliorer son efficacité en déployant des sources efficaces et une gestion en fonction de la présence ;
     
  2. Réduire voire éteindre l’éclairage public pendant les heures creuses. Améliorer son efficacité en déployant des sources efficaces et une gestion en fonction de la présence et de la lumière naturelle. Utiliser les LED pour les illuminations de Noël ;
     
  3. Réduire l’éclairage extérieur des bâtiments (sauf éclairage de sécurité) et l’éteindre au plus tard à 1 h conformément à la réglementation. 10 minutes d’éclairage inutile 3 fois par jour, c’est l’équivalent de 5 jours d’éclairage en continu au bout d’un an ;
     
  4. Réduire la consommation des appareils informatiques : paramétrer la veille des ordinateurs, éteindre complètement les écrans la nuit, préférer les ordinateurs portables qui consomment 50 à 80 % de moins qu’un poste fixe, limiter le nombre d’imprimantes en privilégiant des appareils multifonctions moins nombreux ;
     
  5. Maîtriser l’usage du courrier électronique : éviter d’envoyer des pièces jointes trop lourdes, limiter le nombre de destinataires, éviter de trop stocker de message, trier et nettoyer régulièrement sa boîte de messagerie. Mettre en place une gestion optimisée du fonctionnement des serveurs informatiques ;
     
  6. Adapter la température moyenne de chauffage dans les établissements tertiaires, conformément à la réglementation : 19 ℃ pour les pièces occupées, 16 ℃ hors période d’occupation, 8 ℃ si les lieux sont inoccupés plus de deux jours ;
     
  7. Faire entretenir sa pompe à chaleur ou sa climatisation réversible, en plus de l’inspection quinquennale obligatoire. Faire vérifier le bon fonctionnement général des systèmes de chauffage, notamment le bon réglage des pompes de circulation pour le chauffage à eau chaude ;
     
  8. Prendre en compte la performance énergétique dans les critères des marchés publics, pour la construction ou la location de bâtiments, les solutions de chauffage, les véhicules, les équipements de bureau, etc. Cette démarche, déjà mise en place pour les services de l’Etat (décret n° 2016-412), doit inspirer les collectivités ;
     
  9. Réduire ou arrêter les systèmes audiovisuels non indispensables, tels que les projecteurs ou écrans des halls d’accueil ou des cafétérias.
Pour aller plus loin dans les économies d’énergie, la réalisation d’un audit énergétique vous permettra d’identifier d’autres actions adaptées à votre collectivité.
 
L’importance du chauffage électrique en France, qui équipe environ un tiers des ménages, rend notre système électrique particulièrement sensible aux variations des températures extérieures. C’est d’autant plus le cas entre 17 h et 20 h, moment où la consommation électrique connaît un pic et où le chauffage électrique peut représenter jusqu’à 40 % de la consommation électrique lors d’une vague de froid. La baisse d’1 ℃ de température extérieure entraîne à 19 h un besoin supplémentaire de production de 2 400 MW, soit l’équivalent de la production de plus de 2 réacteurs nucléaires ou 1 000 éoliennes.
 
L’électricité en hiver est davantage issue de centrales thermiques : réduire la consommation d’électricité en hiver contribue à la baisse des émissions de gaz à effet de serre, conformément à l’Accord de Paris sur le climat adopté à la COP21, et aux objectifs fixés par la loi de transition énergétique au travers de la programmation pluriannuelle de l’énergie.
Chacun de nous, chez soi ou au sein des entreprises ou des collectivités, peut contribuer à la réduction des consommations d’électricité en adoptant des gestes simples.

Mots-clés : ELECTRICITE