Collectivités et secteur public

Injecter du biogaz dans le réseau

Mis à jour le 04/10/2016

L’injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel permet de valoriser le biogaz. À partir de différentes technologies d’épuration, le biogaz est transformé en biométhane, dont les qualités respectent les spécifications du gaz naturel.

L’injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel est une nouvelle voie de valorisation du biogaz. En France, ses perspectives de développement sont intéressantes.

Épurer le biométhane

Pour pouvoir être injecté dans le réseau de gaz naturel, le gaz doit répondre aux spécifications techniques des opérateurs de réseau de gaz naturel (distribution et/ou transport). Il doit donc subir une épuration poussée, qui porte sa teneur en méthane à 97 % et permet d’éliminer tous les éléments indésirables susceptibles de porter atteinte à l’intégrité du réseau de gaz (eau, hydrogène sulfuré et oxygène principalement). Le gaz carbonique séparé du méthane est recueilli dans un gaz dit « pauvre », dont la teneur en méthane est faible (< 20 %).

Des techniques d’épuration variées

  • Lavage à l’eau, aux amines ou au glycol : le gaz à épurer passe à contre-courant dans une colonne de lavage. Les condensats sont récupérés, traités et recyclés.
  • Tamis moléculaire : le biogaz passe dans une colonne d’adsorption, sous pression, remplie d’un garnissage possédant des qualités physico-chimiques permettant la séparation du CO2 et du CH4 (ex : charbon actif, zéolithe…).
  • Membrane : le biogaz passe sous pression dans plusieurs membranes étagées en série, le CO2 est retenu par la membrane tandis que le CH4 passe à travers. La sélectivité des membranes est choisie en fonction de la qualité du biogaz à traiter.
  • Cryogénie : le biogaz est refroidi sous pression et le CO2 et le CH4 sont liquéfiés puis séparés à deux températures différentes.

Lorsque le biogaz a atteint les spécifications qualitatives permettant son injection, il est odorisé à l’aide de THT (tétrahydrothiophène) puis compressé à une pression légèrement supérieure à la pression moyenne de service du réseau. Le biométhane injecté est entièrement miscible avec le gaz naturel et ses usages en sont les mêmes : cuisson, chauffage, carburant pour véhicules, ou cogénération.

Des tarifs d’achat garantis

Le biométhane bénéficie de tarifs d’achat garantis sur 15 ans. Comme pour l’électricité issue de cogénération de biogaz, ce tarif est constitué d’une base de référence additionnée d’une prime comprise entre 5 et 30 euros/MWh selon le type d’intrants (ISDND, déchets urbains, déchets agricoles et agroalimentaires, boues d’épuration).