Particuliers et éco-citoyens

Isolation des parois vitrées

Mis à jour le 05/04/2019

Pour compléter vos travaux d'isolation (toit, murs, plancher bas), installez des fenêtres qui limitent les déperditions de chaleur et qui laissent entrer la lumière et la chaleur des rayons du soleil en hiver. 


 

Une fenêtre performante, c’est quoi ?

La performance thermique d’une paroi vitrée (fenêtres et portes-fenêtres, fenêtre de toit) dépend de la nature de la menuiserie, des performances du vitrage et de la qualité de la mise en œuvre de la fenêtre.

La nature des fermetures (volets, persiennes) intervient également. En effet, elles peuvent réduire les déperditions, particulièrement la nuit car elles apportent une résistance thermique additionnelle à la paroi vitrée. Les protections extérieures sont aussi très efficaces pour limiter la température intérieure en été.

La performance d'une fenêtre se mesure via :
- le coefficient de transmission thermique (Uw), traduisant la capacité d’isolation et s’exprimant en W/(m2.K) ;
- le facteur solaire (Sw), compris entre 0 et 1, traduisant la part du rayonnement solaire transmise à l’intérieur du bâtiment (plus il est élevé, plus les apports de chaleur sont importants) ;
- le coefficient de transmission lumineuse (Tlw), compris entre 0 et 1, exprimant la capacité de la paroi vitrée à transmettre la lumière naturelle à l’intérieur du bâtiment.

Pour une bonne performance énergétique, il est conseillé de choisir les fenêtres avec des caractéristiques en Uw et en Sw conformes a minima aux exigences réglementaires en vigueur.

A noter : les autres types de parois vitrées (double-parois, lanterneaux, blocs-baies) font l’objet de calculs particuliers pour la détermination du coefficient Uw.

Aujourd’hui, les parois vitrées offrent un large éventail de solutions efficaces (double et triple vitrage, isolation renforcée, remplissage d’air immobile ou de gaz rares, etc.). La technologie VIR est un standard.

 

Le double vitrage classique

Il est constitué de deux verres emprisonnant une lame d’air. Plus performant que le simple vitrage, il réduit l’effet de paroi froide tout en limitant la condensation et les déperditions thermiques à travers les fenêtres.
 

Le double vitrage à isolation renforcée (VIR) et lame d’argon

C’est la nouvelle génération de doubles vitrages. La lame entre les deux vitrages est remplie d’argon et une fine couche transparente, généralement à base d’argent, est déposée sur une des faces du verre. Cette couche est faiblement émissive : elle agit comme un bouclier invisible pour empêcher en hiver la chaleur intérieure de fuir à l’extérieur. 

Son pouvoir isolant est deux à trois fois supérieur à celui d’un double vitrage ordinaire, et plus de quatre fois supérieur à celui d’un simple vitrage. Associé à un système de gestion des apports solaires (occultation extérieure), il contribue à limiter les effets de surchauffe en été.
 

Le triple vitrage

Il est constitué de trois verres emprisonnant deux lames d’argon ou de krypton entre eux et disposant de deux couches faiblement émissives sur le côté interne des lames d’air. Le coefficient de transmission thermique est excellent, de l’ordre de 0,6 à 0,8 W/m2.K (contre 1,1 à 1,2 environ pour les VIR).

Si le coefficient de transmission thermique du triple vitrage est meilleur que celui du double vitrage, son facteur solaire, lui, baisse, ainsi que la transmission lumineuse. Le triple vitrage pèse plus lourd et ne peut pas être installé sur tous les cadres de fenêtre.
 

Pas de remplacement des fenêtres sans vérifier la ventilation

L’installation de fenêtres neuves, dont l’étanchéité à l’air est bien plus élevée que les anciennes, peut venir perturber le renouvellement d’air de votre logement. Un logement mal ventilé va devenir rapidement malsain pour ses occupants car les polluants de l'air intérieur ne seront plus assez évacués du logement. Cela peut également conduire à déteriorer le bâti.
Vous devez absolument vérifier la qualité de votre ventilation avec l'installateur de fenêtres et prévoir, si nécessaire, des travaux pour améliorer le système de ventilation de votre logement.
 

Des certifications et labels à connaître

  • la certification Cekal, qui garantit la qualité de fabrication du point de vue thermique et acoustique des vitrages isolants (14 classes de performance thermique et 6 classes de performance acoustique sont définies, le marquage TR14 correspondant au vitrage le plus performant thermiquement et AR6 à une isolation acoustique renforcée) ;
  • le label Acotherm, label de certification thermique et acoustique des fenêtres (Th11 correspond au produit le plus performant thermiquement et AC4 à la meilleure isolation acoustique du produit) ;
  • le classement AEV, essais permettant de classer les menuiseries en fonction de la perméabilité à l’Air (A*), de l’étanchéité à l’Eau (E*) et de la résistance au Vent (V*).
Le classement AEV : Air : A*4 ; Eau : E* 6B ; Vent : V* A3

Pour les niveaux de performance par rapport à la perméabilité à l’air, la notation varie de A1 niveau faible à A4 niveau très bon.

Pour l’étanchéité à l’eau, le classement se fait sur une échelle de 9 : de 1, très faible, à 9, très bon. Si la note est suivie de la lettre A, c’est que l’essai est réalisé suivant une exposition totale, si elle est suivie de la lettre B, c’est que l’essai est réalisé suivant une exposition partielle.

Pour la résistance au vent, la déformation de la fenêtre est notée de A faible à C très faible et la résistance à la pression du vent est notée de 1 faible à 5 forte.
 

Les techniques pour rénover les fenêtres

Le remplacement total de la fenêtre : à privilégier

Deux techniciens posent une fenêtre de rénovation isolante et anti-bruit dans un appartement à Toulouse.

C’est la solution la plus performante : elle apporte une isolation thermique et acoustique supérieure, sans modifier la luminosité. Cette technique implique la mise en œuvre de travaux de finition pour la maçonnerie.

Le changement de fenêtre avec conservation du dormant existant : si le cadre est en bon état

Rapide et sans dommage pour l’environnement immédiat de la baie (enduit, papier peint, baguette de finition, etc.), il nécessite toutefois un bon état du dormant de l’ancienne fenêtre qui peut alors être utilisé comme support et fixation de la nouvelle fenêtre. Cette solution réduit la taille de la vitre et entraîne une perte thermique et de luminosité.

Une option intermédiaire

Cette option consiste à enlever la traverse basse uniquement et conserver ainsi le clair de vitrage, lorsque la dépose totale est difficile.