Particuliers et éco-citoyens

Le vrai/faux sur le chauffage au bois

Mis à jour le 13/01/2020

  

Peu de foyers se chauffent au bois
Faux

chauffage au bois
Près de 7 millions de foyers se chauffent au bois, soit environ un quart de la population... 
En milieu rural et péri-urbain, c'est près de la moitié des personnes et en ville, 1 personne sur 10. 
 

Se chauffer au bois, c’est économique
Vrai

Se chauffer au bois, c’est moins cher que de se chauffer au gaz ou à l’électricité, notamment en milieu rural ou périurbain.

Par exemple, le remplacement d’une chaudière fioul par une chaudière à granulés permet d’économiser 1 200 € sur la facture1 par an (achat de combustible). 

Un foyer qui se chauffe au bois dépense entre 48 et 78 €/MWh pour s’équiper, utiliser et entretenir un poêle, insert, ou chaudière à bûches et entre 73 et 103 €/MWh pour un système à granulés. À titre de comparaison, le coût pour un chauffage au gaz ou électrique se situe entre 84 et 154 €/MWh. 

Voici des fourchettes de prix pour installer un appareil de chauffage au bois :
 
Coût Minimum Maximum
Poêle à bûches 1 480 € 6 860 €
Poêle à granulés classique 2 000 € 8 280 €
Chaudière turbo à bûches 6 880 € 16 350 €
Chaudière à granulés auto 5 060 € 18 990 €
 

Pour produire du bois de chauffage, on détruit des forêts
Faux

La forêt croit chaque année en France. Tout le bois prélevé (pour le chauffage, le mobilier, le papier, la construction…) ne représente que la moitié de l’accroissement naturel de la forêt en France. Et pour les années à venir, il n’est pas envisagé d’augmenter le prélèvement pour le bois de chauffage domestique.

Tous les déchets de bois des scieries et de l’élagage sont récupérés pour faire des granulés de bois. On optimise ainsi tout ce que l’on peut pour ne pas trop prélever sur la forêt.

Au final, 64 % du bois provient de la forêt (chêne, châtaignier, charme, hêtre, orme…), 23 % de l’entretien des vergers ou de haies, et 13 % de la récupération. 
 

Le chauffage au bois pollue
Vrai et Faux

Se chauffer au bois permet d’utiliser une énergie renouvelable, de limiter le recours aux énergies fossiles et donc de lutter contre le changement climatique. Cependant, réalisée dans de mauvaises conditions, la combustion du bois émet des polluants qui contribuent à dégrader la qualité de l’air et viennent s’ajouter aux autres sources de pollution atmosphérique générées par les transports, l’agriculture et les industries. 

Afin de moins polluer et d’optimiser les capacités d’un appareil récent performant, il est important de :
 
  • bien dimensionner la puissance l’appareil par rapport au besoin et au logement. Un poêle trop puissant qui tourne au ralenti a plus de risque de mal vieillir et de s’encrasser rapidement.
  • respecter ces quelques règles :
     
    • utiliser un bois de qualité (bûches de feuillu dense bien sèches et fendues, granulés labélisés…) ;
    • d’allumer son feu par le haut, de vérifier les entrées d’air, de relire les consignes du fabricant en cas de doute… ;
    • d’entretenir régulièrement l’appareil.

Tous les appareils se valent
Faux

Le rendement énergétique d’un foyer ouvert ou d’un appareil ancien (datant d’avant 2002) est beaucoup plus faible que celui d’un poêle ou insert récent labellisé Flamme verte 7 étoiles ou équivalent.

Remplacer son vieux poêle permet de réduire entre 2 et 10 fois les émissions de particules dans l’air. La fourchette est grande, car cela dépend aussi de la qualité du combustible, de la façon d’allumer et conduire son feu, d’entretien son appareil…
C’est pour cette raison que les pouvoirs publics encouragent les Français à remplacer leur poêle datant d’avant 2002 et à installer un insert dans leur cheminée.

Des aides existent. Renseignez-vous auprès des conseils FAIRE sur www.faire.fr ou en appelant au 0 808 800 700.

 
RENDEMENTS Avant 1996 De 1997 - 2004 De 2005 - 2011 Après 2012
Foyers ouverts 10% 10% 15% 15%
Poêles à bois 45% 65% 70% 75%
Foyers fermés/inserts 50% 60% 70% 75%
Poêles à granulés / / 75% 80%
Chaudière à bûches 65% 70% 70% 75%
Chaudière à granulés / 75 % 85 % 90 %
(source : ADEME – CEREN)

 

Pour économiser du bois et moins polluer, je fais fonctionner mon appareil au ralenti
Faux

Contrairement à ce que l’on pense, faire fonctionner son poêle au ralenti n’est pas une bonne solution pour moins polluer. Peu de poêles sont optimisés pour l’allure réduite et émettent dans ce cas plus de polluants et s’encrassent plus vite.
C’est pour cela qu’il est important de ne pas installer un poêle trop puissant pour le besoin du foyer. Il fonctionnerait trop souvent au ralenti.
 

J’ai intérêt à faire installer un appareil surdimensionné pour les jours de grand froid
Faux

Un appareil surdimensionné fonctionne souvent en ralenti, générant ainsi plus de polluants atmosphériques et de résidus. Le surdimensionnement nuit à la longévité des appareils car il entraîne une corrosion accélérée des corps de chauffe. 

La solution ? Avoir 2 systèmes de chauffage chez soi. L’appareil qui servira le plus souvent sera dimensionné à une puissance moyenne permettant d’être utilisé à plein régime. L’autre système de chauffage s’ajoutera ou prendra le relai en cas de grand froid.
 

Pour allumer facilement un feu, il faut l’allumer par le bas
Faux

Allumer un foyer est différent d’allumer un feu de camp. En effet, la taille du foyer et la qualité des bûches sont bien différentes ! 
La nouvelle méthode d’allumage par le haut émet beaucoup moins de particules. 

Découvrez cette technique dans notre guide "Chauffage au bois : mode d'emploi"
 

Les Français préfèrent les bûches aux granulés 
Vrai

Si l’on vend de plus en plus de poêles à granulés, les bûches sont bien plus utilisées (90 %), loin devant les granulés (9 %), les briquettes reconstituées et les plaquettes (1 %).
Les Français apprécient tout particulièrement l’esthétisme d’une bûche qui flambe, même derrière une vitre et de pouvoir « faire » son bois soi-même, ce que font 42 % des utilisateurs de chauffage au bois. 
 

Les bûches doivent être bien sèches pour bien chauffer
Vrai

Une bûche doit sécher 18 mois à 2 ans avant d’être utilisée. Il faut aussi la rentrer dans la maison 48 heures avant de la brûler.
Une bûche encore humide brûle moins bien, chauffe moins bien et émet plus de polluants.
 

Les bûches de ramonage permettent de bien nettoyer le conduit d’évacuation des fumées
Faux

Les bûches de ramonage ne sont pas suffisamment efficaces.
Le ramonage par un professionnel est obligatoire une fois par an et même deux fois si vous utilisez beaucoup votre appareil (plus de 10 stères de bois brûlés par an). Il faut obligatoirement qu’un des deux ramonages soit effectué pendant la saison de chauffe.
 

Faire ramoner le conduit d’évacuation tous les ans suffit pour bien entretenir son appareil
Faux

L’entretien annuel est obligatoire pour une chaudière et très vivement recommandé pour un poêle ou un insert. Il permet notamment de vérifier l’état des joints et du brûleur. Un appareil mal entretenu est moins performant et moins bon pour l’environnement.

1Pour une maison de 120 m² des années 80 habitée par 4 personnes – source : ADEME - « Comment se chauffer mieux ?