Particuliers et éco-citoyens

Les réseaux de chaleur

Mis à jour le 20/11/2019

Il existe près de 450 réseaux de chaleur en France. Ils chauffent plus de 2 millions de personnes, chez eux, au travail, dans leurs loisirs… Ces réseaux sont situés sur l’ensemble du territoire (réseaux ruraux et urbains).

Des unités de production de chaleur de grande taille chauffent de l'eau qui est ensuite distribuée dans la ville pour chauffer les bâtiments. Il est ainsi possible d'exploiter des énergies comme la géothermie profonde, la chaleur issue de l'incinération des déchets...





 

Comment ça marche ?

 
Fonctionnement d'un réseau de chaleur
 
Télécharger le descriptif détaillé du visuel « Schéma de principe d'un réseau de chaleur » - RTF - 46,5 ko

Plus d'informations sur les réseaux de chaleur  
 

Une obligation de raccordement pour certains bâtiments

Les bâtiments (immeubles ou lotissements) neufs ou faisant l’objet de travaux de rénovation importants* doivent obligatoirement se raccorder au réseau de chaleur existant si celui-ci fait l’objet d’un classement, si les bâtiments se situent dans le périmètre de développement prioritaire desservi par le réseau et si la puissance pour le chauffage, la climatisation ou la produc­tion d’eau chaude dépasse 30 kW.

Le classement d’un réseau suppose nécessairement :

  • que le réseau soit alimenté à au moins 50 % par des énergies renouvelables ou de récupération** ;
  • qu’un comptage des quantités d’énergie livrées par point de livraison soit mis en place ;
  • que l’équilibre financier de l’opération pendant la période d’amortissement des installations soit assuré.

L’obligation de raccordement n’existe donc que si le réseau de chaleur apporte un plus environnemental.

* ceci recouvre les opérations suivantes : extension ou surélévation de 150 mou de 30 % de la surface existante ; rénovation, avec trois conditions nécessaires (bâtiment de plus de 1 000 m2, travaux portant soit sur l’enveloppe et les installations [chauffage, ECS, refroi­dissement, ventilation, éclairage], soit sur l’enveloppe seule, montant prévisionnel des travaux d’amélioration de la performance énergétique supérieur à 25 % de la valeur du bâtiment)

** principalement biomasse (bois), géothermie profonde, incinération des ordures ménagères avec récupération de chaleur. En développement : solaire thermique, récupération de la chaleur des eaux usées, des serveurs informa­tiques dans les data centers…

Et en maison individuelle ?

Il est rare, mais pourtant possible (et parfois obligatoire, voir plus loin) de raccorder des logements individuels à un réseau de chaleur. La chaufferie (ou la sous-station) dessert alors un groupe de maisons, un lotissement par exemple. Renseignez-vous auprès de votre mairie pour connaître les possibilités et les conditions de raccordement.