Particuliers et éco-citoyens

Comment choisir ses ampoules ?

Mis à jour le 26/11/2019

Fini les lampes à incandescence et les halogènes. Trop gourmandes en énergie, elles ne sont plus vendues. Aujourd’hui, vous avez un large choix de LBC et de LED à choisir en fonction de leur température de couleur.

LBC ou LED ?

Les Lampes basse consommation (LBC), aussi appelées Lampes Fluocompactes (LFC), sont moins chères que les LED. Elles consomment peu d'électricité et durent longtemps (environ 8 000 h), sans pour autant atteindre l'efficacité des lampes à LED. Elles s'allument progressivement et sont donc particulièrement adaptées aux pièces qui restent longtemps allumées.

Elles résistent peu au froid et ne sont pas adaptées à l’éclairage extérieur. Elles ne sont pas toutes compatibles avec l’usage d’un variateur.

Les LED consomment peu d’électricité et durent longtemps (jusqu’à 40 000 h), ce qui compense leur prix d’achat plus élevé que les LBC. Elles sont utilisables partout dans le logement et à l’extérieur. Elles s’allument instantanément et supportent très bien les allumages répétés.

Elles ne sont pas toutes compatibles avec l’usage d’un variateur.

On trouve aujourd’hui de nouvelles LED sur le marché :
  • des LED « à filament » qui ressemblent aux anciennes lampes à incandescence et sont très efficaces (plus de 100 lm/W) ;
  • des OLED (organic LED) dont la lumière provient du rayonnement de chaînes carbonées et non de cristaux comme les LED. Elles produisent une lumière plus diffuse et étendue. Elles permettent aussi de fabriquer des luminaires souples. Elles sont plus chères et moins efficaces que les LED pour le moment ;
  • des « smartlamps » qui permettent de transmettre des informations partout dans la maison à des équipements multimédias pour lancer de la musique, changer la couleur et d’intensité de l’éclairage à la demande via un smartphone, diffuser du LiFi (WiFi par la lumière). En contrepartie, leur efficacité est bien moins bonne que les lampes à LED conventionnelles.
 

Ne choisissez plus vos ampoules en fonction des watts

Vous aviez l’habitude de vérifier les watts sur l’emballage des anciennes lampes à incandescence mais c’est aujourd’hui les lumens qui vont guider votre choix. Avec les LBC et les LED, la quantité de lumière produite n’est plus directement proportionnelle à la puissance. Plus les lumens sont élevés, plus la lampe émet de lumière.
 
Équivalence entre la puissance d'une lampe à incandescence et le flux lumineux des LED, LFC ou halogène
Puissance d'une lampe à incandescence (en watts) 12 25 40 60 75 100 150 200
Flux lumineux indicatif (en lumens) pour obtenir une lumière équivalente 130 240 440 750 990 1420 2290 3220
 
L'efficacité lumineuse des différents types de lampes
Lampe à LED, spot à LED* Lampe fluocompacte (LFC) Lampe halogène
75 à 140 lm/W
56 à 90 lm/W
50 à 70 lm/W 15 à 27 lm/W
*moins efficaces que les lampes à LED, ils sont malgré tout la solution de remplacement des spots halogènes.
 

La température de couleur compte aussi énormément !

Vous pouvez choisir une « température de couleur », exprimée en kelvins (K), différente pièce par pièce. Plus la température est basse, plus la lumière émise tend vers des couleurs chaudes (< 4 000 K) et reposantes (c’est l’idéal pour une chambre ou un salon). Plus la température est élevée, plus elle tend vers le bleu (> 5 300 K) et génère une ambiance dynamique (c’est l’idéal pour une cuisine ou une salle de bain).
 

Où trouver toutes ces informations ?

Tout est indiqué sur l’emballage.
La majorité des LBC et des LED sont classées en A +. Les plus efficaces sont en A++.
 

Quelques recommandations

L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) recommande d’éviter l’utilisation de sources de lumière émettant une forte lumière froide dans les lieux fréquentés par les enfants (maternités, crèches, écoles, etc.) ou dans les objets qu’ils utilisent (jouets, afficheurs lumineux, consoles et manettes de jeu, veilleuses nocturnes, etc.). De même, l’Anses recommande d’informer les patients sous médicaments photosensibilisants des risques liés à l’exposition à la lumière riche en couleur bleue. Enfin, elle conseille d’utiliser des luminaires qui évitent la vision directe des LED et qui rendent la lumière plus diffuse et plus agréable (globe, vasque...).

L’ADEME recommande de maintenir une distance minimale de 30 cm avec les LBC, lors des utilisations prolongées (par exemple lampe de bureau ou lampe de chevet) par précaution vis-à-vis des ondes électromagnétiques.

Si vous cassez une LBC, vous ne courez pas de danger car elle ne contient que 0,005 % de mercure mélangé au gaz inerte contenu dans le tube. Certaines LBC sont équipées d’un manchon qui évite la dispersion du mercure en cas de casse. Prenez malgré tout quelques précautions : aérez, ramassez les morceaux avec un balai (et non un aspirateur), mettez-les dans un sac fermé et portez ce sac en déchèterie.
 

N’oubliez jamais de rapporter vos LBC et vos LED dans des bacs de collecte

Les LBC et les LED font l'objet d'une collecte spécifique car elles contiennent des déchets dangereux et sont en partie recyclables. Les LBC sont recyclables à 93 % et contiennent du mercure. Les LED sont composées de substances dangereuses, mais aussi de matériaux rares qu'il est important de récupérer. Apportez-les en déchèterie, dans les points de collecte en magasin ou encore chez le distributeur qui a l’obligation de reprendre une lampe usagée lors de l’achat d’une lampe neuve. Vous pouvez aussi y déposer les lampes halogènes. Grâce à votre geste, le verre de la lampe sera recyclé, le mercure régénéré et recyclé pour être réutilisé comme tel. Quant aux autres métaux (fer, aluminium composant le culot de la lampe), ils seront recyclés dans la filière métaux.

En savoir plus
Pour connaître le point de collecte le plus proche de chez vous, rendez-vous sur le site Ecosystem.eco