Particuliers et éco-citoyens

Entretenir son véhicule

Mis à jour le 18/02/2019

Une voiture mal entretenue peut consommer jusqu’à 25 % de plus. Faire entretenir son véhicule évite des pannes, réduit les émissions de polluants et permet de bonnes conditions de revente. N’oubliez pas de faire aussi quelques contrôles vous-même.

A faire soi-même

Vérifier le niveau des liquides

Vous pouvez contrôler les liquides de frein et de direction assistée, l’huile, le liquide de refroidissement, le liquide du lave-glace… Regarder sous la voiture ou sur le sol du garage est un moyen simple de détecter une fuite.

Les pneus

Le choix des pneus est d’une grande importance quand on sait qu’ils sont responsables de 20 à 30 % de la consommation en carburant d’un véhicule et d’une bonne partie du bruit qu’il émet. Depuis le 1er novembre 2012, l’étiquette de performance énergétique est obligatoire sur les pneus. Elle permet de sélectionner des produits plus performants, plus sûrs et moins bruyants. Elle indique la consommation d’énergie, l’adhérence sur route mouillée et le bruit extérieur de roulement. Vérifiez leur pression tous les deux mois minimum.

La batterie

Des bornes de batterie oxydées peuvent nuire au bon démarrage de la voiture : il faut vérifier leur état de temps à autre et les nettoyer si nécessaire.

Que faire de l’huile de vidange, des pneus et des batteries ?

Ce sont des déchets qu’il ne faut pas jeter n’importe où. 1 litre d’huile usagée peut couvrir 1 000 m² d’eau et empêcher l’oxygénation de la flore et de la faune pendant des années. Rejetée dans le réseau des eaux usées, l’huile usagée colmate les filtres dans les stations de traitement de l’eau et perturbe les procédés d’épuration biologiques.

L’incinération de l’huile usagée nécessite des températures élevées et des traitements des fumées adaptés. Réalisée dans de mauvaises conditions, elle engendre des rejets toxiques dans l’atmosphère (dioxines et gaz à effet de serre). Le brûlage à l’air libre des huiles usagées ou dans des installations non autorisées à cet effet est interdit par la réglementation.

Le rejet de l’huile usagée dans la nature est également interdit par la réglementation. Tout contrevenant est passible d'une amende.

Les huiles de vidange ne doivent pas être mélangées avec d’autres produits pour permettre leur recyclage. Ne les mélanger jamais avec :

  • les huiles de fritures ;
  • les solvants et les diluants ;
  • l'eau ;
  • les liquides de refroidissement ;
  • les liquides de frein ;
  • les acides de batteries.

Il faut rapporter ces déchets aux points de collecte (déchèteries, professionnels de l’automobile proposant un service de reprise).

Ce qui doit être fait par un professionnel

L’entretien fréquent et régulier de la voiture n’est pas une formalité, ni une perte d’argent. À titre d’exemple, un filtre à air bouché, c’est 10 % de carburant consommé en plus et une surémission de polluants. Une vidange dans les temps, c’est moins de consommation, de meilleures performances et un moteur qui s’use moins.

L’entretien régulier

Un professionnel effectue la surveillance et l’entretien du moteur : bien réglé, il consomme et pollue moins. En plus des réglages et des vérifications, le garagiste effectue si nécessaire les interventions courantes comme la vidange ou le remplacement des bougies et des filtres.

Le contrôle technique

Il est obligatoire et permet de faire le point sur le fonctionnement général d’une voiture. Le premier contrôle a lieu dans les 6 mois qui précèdent le 4e anniversaire du véhicule, puis il doit être répété tous les 2 ans. Aucune convocation n’est envoyée : il faut donc bien surveiller la date butoir indiquée sur le petit macaron apposé sur le parebrise.

Le contrôle, réalisé dans un centre agréé par la préfecture, dure environ 1 heure et coûte entre 50 et 80 €. Si on l’oublie, on est passible d’une amende de 135 € (90 € en cas de paiement immédiat, majoration de 760 € en cas de retard de paiement) . La carte grise peut même être confisquée et le contrevenant dispose d’une semaine pour régulariser la situation. Le centre de contrôle transmet au conducteur le diagnostic des déficiences et des problèmes détectés. Certains doivent impérativement faire l’objet d’une réparation ou d’un réglage suivi d’une contre-visite dans un délai de deux mois. Au final, le contrôle technique fournit l’assurance de rouler avec un véhicule plus sûr et moins polluant.

La réparation avec des pièces d'occasion

Depuis le 1er janvier 2017, vous pouvez demander à votre garagiste de remplacer les pièces de votre automobile par des pièces d'occasion plutôt que par des neuves.

Opter pour ce type de service vous permet de :

  • Réduire le coût de réparation de votre véhicule.
  • Assurer votre sécurité. Les pièces proviennent de véhicules hors d'usage, sont nettoyées, contrôlées et tracées par les centres de traitement de véhicules hors d’usage agréés par l’État.
  • Participer à la réduction des déchets, en donnant une seconde vie à des biens en bon état. Beaucoup de véhicules porteurs de pièces exploitables sont détruits et valorisés en tant que matière. La récupération des pièces utilisables pour un deuxième usage est un geste pour le respect de l’environnement.

N’hésitez pas à demander des pièces d’occasion à votre garagiste.