Nos expertises

Des voitures plus grandes mais plus légères

Mis à jour le 12/12/2016

Aujourd’hui, une voiture moyenne équivaut, en masse, à une voiture haut de gamme d’il y a vingt ans. Pourtant, son poids relatif est resté stable : pourquoi et comment ?

Les voitures grandissent...

Il suffit de comparer les modèles récents avec ceux d’il y a vingt ans pour s’en rendre compte : les voitures ont aujourd’hui une masse environ 30 % plus importante qu’auparavant. Plusieurs facteurs déterminent cette évolution :

  • les équipements liés à la dépollution, absents autrefois, alourdissent la ligne d'échappement (catalyseur, filtres à particules) ;
  • le confort, plutôt réservé autrefois aux véhicules haut de gamme, concerne désormais des véhicules plus nombreux. Les équipements nécessaires comme la climatisation ou la direction assistée doivent trouver leur place ;
  • les automobilistes recherchent de plus en plus des voitures dont l'habitabilité et la capacité d'emport, avec un vaste coffre, sont privilégiées. Le succès du monospace, par exemple, entraîne une augmentation de la taille des véhicules particuliers ;
  • la diminution des nuisances sonores, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du véhicule, nécessite l'emploi de matériaux insonorisants assez lourds ;
  • la sécurité du véhicule passe désormais par la pose d'équipements que l'on retrouve sur des segments plus nombreux dans les gammes des constructeurs : ABS, airbags, caisse renforcée, pare-chocs absorbants...

Des matériaux issus de l'aéronautique

C’est une évidence : plus un véhicule est lourd, plus il nécessite d’énergie pour se déplacer. Devant ce constat, les constructeurs doivent trouver des solutions d’allègement global de leurs modèles pour consommer moins d’énergie. Car celle-ci coûte de plus en plus cher et la pollution qu’elle engendre est de plus en plus encadrée par les législations.
En outre, on considère qu’une économie de poids de 10 % d’un véhicule permet d’abaisser de 5 % sa consommation.
Voilà pourquoi l’allégement devient un vrai défi, qui commence à trouver ses premières solutions :

  • les constructeurs ont recours désormais à des matériaux plastiques et composites pour des éléments de plus en plus nombreux de la carrosserie ;
  • des aciers à haute limite élastique permettent de réduire l’épaisseur des pièces sans nuire à leur résistance ;
  • l’usinage de plus en plus précis des pièces en acier permet de gagner du poids dans l’élaboration de la structure de la caisse ;
  • l’aluminium est désormais plus largement utilisé, autant dans des éléments de carrosserie que dans certaines pièces du moteur (culasse) et du train (jantes) ;
  • le magnésium, très utilisé dans l’aéronautique, trouve désormais son utilité dans l’allégement des automobiles. Pur ou en alliage avec l’aluminium, on le rencontre dans la structure des sièges, le volant, les étriers de freins…