Nos expertises

Les énergies marines

Mis à jour le 06/08/2020

La mer est riche en énergies exploitables sous diverses formes mais, hormis les éoliennes en mer, aucune technologie n’a atteint un stade de maturité suffisant pour un déploiement industriel et commercial.

Les diverses formes d'énergies marines sont les suivantes :

  • l’éolien en mer, posé ou flottant ;
  • l’énergie marémotrice (énergie des marées) ;
  • l’énergie hydrolienne (énergie des courants marins) ;
  • l’énergie houlomotrice (énergie des vagues) ;
  • l’énergie thermique des mers (exploitant la différence de température entre surface et grande profondeur) ;
  • l’énergie osmotique (utilisant le gradient de salinité à l’embouchure des fleuves).

Plusieurs parcs commerciaux éolien offshore posés sont actuellement en cours de développement en France. L’année 2019 a été marquée par une baisse des coûts significative de cette technologie (< 50 EUR/MWh) lors de l’appel d’offres attribuant un projet de 600 MW à Dunkerque: les perspectives de développement sont donc importantes pour ce secteur. De plus, 2019 est aussi marquée par la levée des recours par le Conseil d’Etat sur les parcs lauréats du 1er appel d’offres (Saint Nazaire, Fécamp et Saint Brieuc). En 2020, trois débats publics sont organisés pour définir de nouvelles zones d’appels d’offres pour 1 000 MW en Normandie) et pour un parc éolien flottant de 250 MW au Sud de la Bretagne (et pour l’attribution du parc éolien de Dunkerque.
L’éolien offshore flottant connaît également un essor important en France grâce à une forte mobilisation de l’industrie et aux premiers retours d’expériences de l’éolien offshore posé. Quatre fermes pilotes sont en cours de développement en France et le 1er appel d’offre pour un projet de 250 MW va être lancé en 2020 pour attribuer le projet lauréat en 2021. Une seconde procédure suivra en 2021-2022 pour un projet similaire en Méditerranée.

État des énergies marines

On constate un intérêt grandissant pour les énergies marines et les projets de « démonstrateurs » au niveau international se multiplient. Le Royaume-Uni a été précurseur dans le domaine grâce à des financements de projets importants en raison d'une ressource énergétique élevée du fait de sa situation insulaire : un centre d’essai, l’EMEC, a ainsi été créé en 2003, puis le Wave Hub en 2010.
Plusieurs démonstrateurs ont également été déployés en Irlande, au Danemark, au Canada, aux Pays-Bas et au Portugal. Les USA et la Chine s’engagent également sur ce secteur. 
En France, des études et démonstrateurs à petite échelle ont été lancés à partir de 2001, et des démonstrateurs pré-commerciaux commencent à voir le jour (Particulièrement dans l’estuaire de l’Odet dès 2008, sur le site d’essai de Paimpol Bréhat depuis 2011, au large de Ouessant depuis 2016 et sur le site d’essais en milieu estuarien de SEENEOH depuis 2018).

​​

L’action de l’ADEME

Un soutien important a été apporté par le Programme Investissements d’Avenir (PIA) aux EMR : 5 appels à projets (AAP) ou appels à manifestation d’intérêt (AMI) spécifiques lancés, 23 projets financés et un financement total de l’ordre de 390 M€, ce qui fait des EMR la thématique ayant bénéficié du financement PIA opéré par l’ADEME le plus élevé. Des outils de financement spécifiques et ambitieux, les « fermes pilotes », ont été mis en œuvre pour accompagner l’innovation dans ces filières le plus loin possible avant le déploiement commercial.
Les AAP et AMI de l’ADEME dédiés aux énergies marines ont permis de lever des verrous technologiques et non technologiques (impacts environnementaux, économiques) dans différentes filières des énergies marines. Le projet SABELLA D10 (Démonstration pendant 1 an de l’hydrolienne SABELLA de 10 m de diamètre au large d’Ouessant et raccordé au réseau de l’île) fut le premier succès de ces AAP. Il a été suivi par le projet OceaGen, première éolienne flottante de grande puissance connectée au réseau. 

 
8 projets issus du PIA sont toujours en cours de suivi :
  • 4 projets de développement d’éoliennes flottantes : EFGL, GROIX et BELLE-ILE, EOLMED GRUISSAN, PGL
  • 1 projet de démonstrateur d’éolienne flottante : AFLOWT
  • 1 projet de développement hydrolien : OCEANQUEST
  • 1 projet de développement houlomoteur : S3
  • 1 projet de développement de centrale de production d’électricité hybride (hydrolien, solaire photovoltaïque, éolien et stockage) : PHARES
  • 1 projet de démonstration d’une éolienne offshore de 12 MW (HALIADE-X)
 
 
Par ailleurs, l’ADEME soutient la R&D en finançant des projets et des thèses visant à développer des nouvelles technologies ou s’intéressant à des thématiques transversales comme l’évaluation des ressources, la réglementation, les impacts environnementaux ou encore l’analyse de cycle de vie.
L’ADEME réalise également des missions d’expertise pour les ministères et participe ainsi à l’expertise des dossiers dans le domaine des énergies marines.