Nos expertises

Le prétraitement, souvent indispensable à la valorisation des déchets

Mis à jour le 25/06/2018

Une fois collectés, pour permettre l’utilisation des déchets comme une ressource secondaire, ou pour limiter les impacts de leur traitement ultérieur, les déchets sont souvent dirigés vers une installation de tri et/ou de prétraitement.

L’organisation du prétraitement est liée aux choix de collecte en amont et de valorisation des déchets en aval. En effet, plus la séparation a été poussée lors de la collecte, plus le flux pourra facilement intégrer une filière de valorisation. Cependant, il n’est pas possible de multiplier à l’infini les catégories de déchets collectés.
De même, les exigences en termes de séparation des industries du recyclage vont de plus en plus au-delà du tri pouvant, sur un plan technique ou économique, être opéré lors de la collecte.

C’est pourquoi, avec l’augmentation des objectifs de valorisation, l’étape de prétraitement est de plus en plus présente et complexe techniquement.
Ces étapes de prétraitement produisent des refus : éléments impropres par leur nature, leur granulométrie, etc.
Ces étapes de prétraitement peuvent être combinées et associées de façon très variables, parfois dans la même installation, parfois dans des installations distinctes.

Certains déchets peuvent directement être valorisés sans prétraitement

Pour certains déchets bien identifiés, la collecte est réalisée de façon séparée, ce qui permet de diriger les déchets directement vers une installation de recyclage. Par exemple, les déchets végétaux, collectés séparément, sont dirigés vers une plate-forme de compostage ou de méthanisation.

Certains déchets, malgré une collecte séparée par matériaux, doivent faire l’objet d’un sur-tri

Pour d’autres déchets, même si la collecte est réalisée pour un matériau spécifique, les exigences de la filière de recyclage sont telles qu’il est nécessaire de passer par une étape de « sur-tri ».
Les flux pouvant nécessiter un sur-tri sont par exemple :
des déchets d’emballages en verre : ils sont dirigés vers une usine de sur-tri, qui va permettre un tri par couleur et un affinage, avant d’intégrer une usine de recyclage du calcin (verre de récupération purifié et broyé).

Certains déchets sont des produits usagés composés de plusieurs matériaux et doivent être démantelés

Les déchets d’équipements électriques et électroniques (ou les véhicules hors d’usage) – étant composés de plusieurs matériaux – doivent être démantelés afin que les matériaux qui les composent soient ensuite recyclés.

Certaines familles de déchets sont collectées de manière séparée et doivent être ensuite triées pour séparer chaque matériau individuellement

Pour des raisons techniques ou économiques, des familles de déchets qui vont suivre la même filière ou le même prétraitement sont collectées séparément des autres déchets :

  • les emballages (bouteilles plastiques, boites métalliques, briques alimentaires, cartons) et les papiers sont souvent collectés ensemble pour être dirigés vers un centre de tri des déchets recyclables secs ménagers. Là ils seront séparés par matériau, puis dirigés vers des centres de sur tri et de recyclage  ;
  • les invendus du commerce alimentaire sont dirigés vers des centres de désemballages ou de déconditionnement qui séparent les emballages et leurs contenus organiques ;
  • après un chantier, les déchets majoritairement inertes peuvent être triés sur une plate-forme de tri/valorisation.

Centre de préparation de combustibles solides de récupération

Les centres de préparation de combustibles solides de récupération (CSR) visent à fabriquer un déchet combustible répondant à la demande d’un utilisateur, à partir de déchets non recyclés qui ont un grand pouvoir combustible (plastiques, papier, bois).

Prétraitement pour réduire le caractère dangereux, le risque sanitaire ou les émissions de gaz à effet de serre

Certains prétraitements visent à réduire ou à supprimer les risques sanitaires présentés par des déchets spécifiques, qui pourront ensuite être gérés dans des installations conventionnelles.
Par exemple, les déchets d’activité de soin à risque infectieux (DASRI) peuvent, après passage dans un appareil de prétraitement par désinfection (appareil permettant le prétraitement des DASRI par désinfection, procédé associant une modification de l’apparence des DASRI et une réduction de leur contamination biologique dans le but de les rendre assimilables aux déchets ménagers), être acceptés dans un centre de valorisation énergétique.
Certains déchets relevant de la règlementation des sous-produits animaux devront être hygiénisés avant de rejoindre une installation de compostage ou de méthanisation.
Des déchets comportant une fraction organique peuvent être compostés ou méthanisés avant d’être stockés, afin de réduire l’émission des gaz à effet de serre.

Centres de traitement mécano-biologique (TMB)

Ils combinent plusieurs familles de prétraitement. Le traitement mécano-biologique (TMB) vise à recycler ou optimiser le traitement des ordures ménagères résiduelles