Nos expertises

Panorama des développements et travaux sur la pyrolyse et de la gazéification

Mis à jour le 14/11/2018

La pyrogazéification continue à susciter un intérêt en France avec plusieurs projets de R&D
 

Les unités identifiées et mentionnées ci-dessous sont alimentées par des déchets (dont une part d’origine biomasse).

  • EQIOM à Rochefort-sur-Nénon (21), traite des boues métalliques avec un four NESA. Les résidus métalliques entre dans la composition du « cru » du four cimentier, le gaz est alimenté en tuyère. Mise en Service (MeS) : 2000.
  • Le pilote CHO Morcenx (40), alimenté en bois et plaquettes, et DAE (max 20 %) ; production électricité et chaleur. MeS : 2014
  • Le pilote Alpha-Recyclage à Brévan (39), pyrolyse de pneus. MeS : 2017.
  • Le démonstrateur Bonnefoy à Villers-sous-Montrond (25), utilisant procédé de gazéification de LLT (Leroux & Lotz), alimenté en bois B et plaquettes, production électricité et chaleur et CSR (20 % max) ; production électricité et chaleur.
Gazéifieur co - courant à lit fixe et multi - étagé
Autre illustration de cet intérêt pour la pyrogazéification : la création en 2014 du Club Pyrogazéification qui compte actuellement plus d’une cinquantaine de membres, et regroupe la quasi-totalité des équipementiers français du domaine, mais également certains énergéticiens, les principaux acteurs du monde du déchet, de nombreux gros consommateurs d’énergie, les exploitants des réseaux de gaz, des bureaux d’étude, des laboratoires de recherche, etc.