Nos expertises

Enjeux de la pyrolyse et de la gazéification

Mis à jour le 30/08/2018

Les principaux enjeux sont d’ordre environnemental, technique et économique. Les aspects réglementaires sont développés dans l’article concernant les freins et leviers au développement de la pyrolyse et de la gazéification.

Les principes de la valorisation

Les enjeux environnementaux liés au développement de ces techniques tiennent à leur capacité à générer des combustibles gazeux et liquides qui se substituent respectivement au gaz naturel et aux combustibles liquides élaborés directement à partir du pétrole. Ces procédés permettent donc de contribuer à l’économie de ressources fossiles.

Dans le cas de déchets d’origine fossile (les plastiques notamment), il est important qu’ils soient « valorisés matière » dans toute la mesure du possible. Mais dès lors qu’une telle valorisation matière n’est techniquement ou économiquement plus possible, la valorisation énergétique soit par incinération directe, soit après préparation de CSR, soit par conversion sous forme de combustibles liquides ou gazeux, a toute sa place pour optimiser l’usage des ressources disponibles, en cohérence avec le principe de l’économie circulaire.

Lorsque les déchets entrants dans ces procédés sont d’origine renouvelable, l’utilisation de ces combustibles gazeux ou liquides en remplacement de combustibles fossiles a un impact favorable sur l’émission de gaz à effet de serre, en plus du bénéfice d’économiser des ressources fossiles. Une telle valorisation des déchets permet également de limiter le recours à l’enfouissement.

Par ailleurs, pour éviter les impacts négatifs liés à la combustion de ces liquides et gaz, il importe que leurs caractéristiques permettent de ne pas produire plus d’émissions que la combustion des combustibles fossiles ainsi substitués.

Les enjeux économiques de la valorisation

Les enjeux économiques résultent d’une part de l’économie de ressources fossiles qui se traduit par un impact favorable sur la balance commerciale nationale.
Lorsqu’ils seront arrivés à maturité, ces procédés devront permettre de produire des combustibles plus économiques que ceux d’origine fossile. Ils constitueront ainsi un gain de compétitivité pour leurs utilisateurs.
Par ailleurs, l’activité de conversion en liquide ou gaz est génératrice d’emplois, bien plus que ne l’est l’enfouissement des déchets.