Nos expertises

Description des procédés

Mis à jour le 19/07/2018

Le procédé d’incinération comprend les phases de stockage et de préparation des déchets pour alimentation du four, combustion, récupération et valorisation de la chaleur, traitement des fumées et évacuation et traitement des mâchefers.

Le stockage et la préparation des déchets - l’alimentation du four

Les véhicules de collecte déchargent les déchets dans une fosse. Un grappin assure la répartition homogène des déchets et alimente le four. Les déchets sont déversés dans la trémie d'alimentation, puis dans la chambre de combustion, par gravité ou à l'aide d'un poussoir.

La combustion

Le cycle de combustion est d'environ une heure et se décompose en trois phases :

  • séchage ;
  • combustion ;
  • extinction/évacuation des résidus solides (mâchefers).

La chambre de combustion comprend en général une grille qui assure l'avancement et le brassage des déchets. Les gaz du four sont brûlés totalement dans la chambre de post-combustion. Il existe différents types de four d'incinération : à grille, à rouleaux, oscillant, fixe ou à lit fluidisé.

La récupération et la valorisation de la chaleur

La température des fumées est abaissée de 1 000 ℃ à la sortie du four à 400 ℃, par passage dans une chaudière. La vapeur produite au niveau de la chaudière peut ensuite faire l’objet d'une :

  • valorisation thermique, par alimentation d'un réseau de chauffage urbain ou distribution à des entreprises et/ou établissements publics (rendement jusqu'à 90 %) ;
  • valorisation thermique et électrique (cogénération) (rendement jusqu'à 80 %) ;
  • valorisation électrique, par transformation en électricité à l'aide d'un turboalternateur (rendement jusqu'à 35 %).

Le traitement des fumées

À la sortie de la chaudière, les fumées contiennent des polluants qu'il faut capter : poussières, gaz acides, métaux lourds et dioxines. Une installation de traitement de fumées comporte plusieurs modules :

  • le dépoussiérage, par électrofiltre et/ou filtre à manches ;
  • la neutralisation des gaz acides, par voie sèche, semi-humide ou humide ;
  • le traitement des dioxines et furanes, par adsorption sur charbon actif par exemple ou par réduction sélective catalytique ;
  • le traitement des oxydes d'azote, par réduction sélective, soit catalytique, soit non catalytique.

L’évacuation et le traitement des résidus d’épuration des fumées

Les résidus d'épuration des fumées d'incinération de déchets comprennent :

  • les cendres volantes ;
  • les résidus de neutralisation des fumées ;
  • les gâteaux de filtration des eaux de lavage des fumées ;
  • les cendres sous chaudière.

L'incinération d'une tonne d'ordures ménagères génère entre 15 et 40 kg de résidus selon le type de traitement des fumées.
Les résidus sont collectés et évacués du site pour élimination.

L’évacuation et le traitement des mâchefers

Le traitement des mâchefers comprend des opérations de manutention, de stockage temporaire, de traitement, de maturation, dans le but d'élaborer un produit valorisable en technique routière, pouvant se substituer à des granulats naturels de carrière.
Les mâchefers utilisés aujourd'hui en remplacement de granulats naturels n'entraînent pas d'impact environnemental significatif.
Sur une production annuelle de mâchefers d’incinération d’ordures ménagères estimée à trois millions de tonnes, environ 70 % sont traités sur des installations de maturation. Les 30 % restants sont soit valorisés, soit éliminés en installation de stockage de déchets non dangereux.