Nos expertises

Les centres de tri des emballages, journaux et magazines

Mis à jour le 26/06/2018

Le développement du tri est directement lié à la montée en puissance des collectes séparées des emballages et journaux et magazines. Ces collectes permettent aujourd’hui à la quasi-totalité de la population française de trier ses déchets.

Les centres de tri des emballages et journaux et magazines sont le maillon permettant de transformer ce flux de déchets en différents flux qui permettront d’alimenter des industries en matière première à recycler. En 2011, le parc de ces centres de tri était composé de 253 unités, qui ont traité un total proche de 3 millions de tonnes.

Parmi les 7 000 emplois directs générés en 2011 par ces centres de tri, 5 570 sont des opérateurs de chaîne. Pour cette activité, les statistiques d’accidents du travail font état, en 2010, d’un taux de fréquence et d’un taux de gravité deux fois plus importants que la moyenne. Afin d’améliorer les conditions de travail, l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) met à disposition un guide de prévention pour la conception dans ces centres de tri.

 


Les centres de tri peuvent être caractérisés en fonction de trois niveaux technologiques : manuel, mécanique ou automatique. Les centres de tri automatique qui utilisent des technologies de tri optique sont les unités les plus récentes, les moins nombreuses, mais triant la part la plus importante des collectes sélectives françaises.
 

État des lieux du parc 2011 des centres de tri de recyclables secs ménagers en France

Source : État des lieux du parc 2011 des centres de tri de recyclables secs ménagers en France


Aujourd’hui, l’évolution du parc tend vers une automatisation du tri par des installations pouvant accepter des volumes de déchets plus importants et réaliser un tri plus fin d’un nombre de matières premières à recycler plus important. Pour autant, le premier maillon de la chaîne de tri reste le citoyen, dont la sensibilisation est un facteur de réussite pour un service public optimisé. En effet, les erreurs de tri peuvent perturber les process des centres de tri et représentent un coût supplémentaire.