Nos expertises

Enjeux

Mis à jour le 05/11/2020

La France est engagée à réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2025.
 

La France est engagée à réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2025.
La Loi du 11 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage confirme la définition du gaspillage alimentaire initié par Le Pacte national en 2013 : « Toute nourriture destinée à la consommation humaine qui, à un endroit de la chaîne alimentaire est perdue, jetée, dégradée, constitue le gaspillage alimentaire ».

Chaque année en France, près de 10 millions de tonnes de nourriture consommable sont gaspillées, soit l’équivalent de 150 kg/hab./an. Dans les ordures ménagères et assimilées, on trouve l’équivalent de 20 kg/hab./an de déchets alimentaires, dont 7 kg de produits alimentaires encore emballés.



La réduction du gaspillage répond à un triple enjeu :
 
  •  environnemental : à l’échelle mondiale, le gaspillage alimentaire émet autant de gaz à effet de serre qu’un pays dont le niveau d’activité se situerait en 3e position juste après celui de la Chine et des USA, en autre du fait de l’énergie nécessaire pour produire, transformer, conserver, emballer, transporter… C'est également un gaspillage de ressources naturelles conséquent et notamment d'eau ;
  • économique : le gaspillage alimentaire c’est inévitablement un gaspillage d’argent et il coûte cher : entre 12 et 20 milliards d’euros par an en France soit l’équivalent de 159 euros par personne pour les seuls ménages ;
  •  éthique et social : jeter de la nourriture est d’autant plus inacceptable dans la perspective d’une crise alimentaire mondiale, mais aussi dans le contexte social actuel propre à chaque pays y compris en France où l’on estime qu’1 personne sur 10 a du mal à se nourrir.
Retrouvez ces chiffres dans l’étude « État des masses des pertes et gaspillage alimentaires : état des lieux par étapes de la chaîne alimentaire » - ADEME 2016.

La France, au travers du Pacte national et de la Loi AGEC, est engagée à réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2025 pour les secteurs de la restauration collective et de la distribution, et d’ici 2030 pour les secteurs de la consommation, transformation, production et restauration commerciale. Pour y arriver, tous les acteurs doivent être mobilisés, du champ à l’assiette. 

Entre 2017 et 2019 l’ADEME a accompagné l’ensemble de ces acteurs à la construction d’indicateurs pour suivre ce gaspillage dans le temps.

Les enjeux autour du gaspillage alimentaire et le rôle de chaque acteur est expliquée  dans la vidéo ci-contre « Tout comprendre sur le gaspillage alimentaire » (Octobre 2015).