Nos expertises

L’atténuation et l’adaptation

Mis à jour le 09/08/2018

Atténuer le changement climatique et s’y adapter sont les deux voies indispensables pour réduire les risques que génère le changement climatique.

Le changement climatique est en cours, et il est urgent d’agir pour lutter contre. Aujourd’hui, deux voies d’action sont possibles au niveau des politiques publiques et des acteurs des territoires : l’atténuation du changement climatique et l’adaptation au changement climatique.

Qu’est-ce que l’atténuation ?

On dit qu’une activité contribue à l’atténuation du changement climatique si elle contribue à la stabilisation des concentrations de Gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique.

D’après l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), il s’agit d’activités permettant :

  • de réduire ou limiter les émissions de gaz à effet de serre ;
  • la protection et l’amélioration des puits et réservoirs des GES (ex. forêts et sols).

En France, près de 80 % des émissions de GES sont liés à la consommation d’énergie fossile.

Télécharger le descriptif détaillé (RTF - 50,9 ko)

Les actions d’atténuation passent donc majoritairement par la réduction de ces consommations. On peut agir, soit en améliorant la performance énergétique des systèmes (en réduisant le besoin des utilisateurs par des changements de comportement, on améliore la performance des procédés), soit en substituant des énergies fossiles entre elles (on remplace par exemple du charbon ou du pétrole par du gaz), soit en développant les énergies renouvelables pour venir en remplacement des énergies fossiles.

Les principaux secteurs sur lesquels on peut agir sont les bâtiments résidentiels et tertiaires, les transports, l’industrie et l’agriculture.

Télécharger le descriptif détaillé (RTF - 51,39 ko)


L’objectif facteur 4 que s’est fixée la France (-75 % d’émissions de GES en 2050 par rapport à 1990) nécessite des politiques ambitieuses et volontaristes. Pour ce faire, l’ADEME promeut ces politiques et accompagne les différents acteurs de ces secteurs de la R&D jusqu’à la mise en œuvre sur le territoire.

L’ADEME a également élaboré des « visions » 2030 et 2050 montrant qu’atteindre cet objectif est réaliste et déclinable par secteur.

En complément des politiques d’atténuation, il est nécessaire d’anticiper le changement climatique en cours en élaborant des politiques d’adaptation au changement climatique. Atténuation et adaptation doivent être complémentaires et menées en cohérence.

Qu’est-ce l’adaptation au changement climatique ?

Une action contribue à l’adaptation au changement climatique dès lors qu’elle permet de limiter les impacts négatifs du changement climatique et d’en maximiser les effets bénéfiques.

D’après le Conseil économique pour le développement durable (2012), ces actions d’adaptation peuvent concerner :

  • nos modes d’organisation ;
  • la localisation de nos activités ;
  • les techniques que nous employons.

Autant les politiques d’atténuation présentent des effets immédiats dès lors qu’elles sont mises en œuvre, autant les politiques d’adaptation sont des politiques dont les résultats sont visibles sur les court, moyen et long termes. Il n’existe pas d’unité de mesure universelle pour en évaluer les résultats. Elles nécessitent d’être anticipées et planifiées dès aujourd’hui en ciblant en priorité les secteurs et les activités qui sont ou seront les plus exposés aux aléas climatiques actuels et futurs.

L’ADEME s’est dotée en 2010 d’une stratégie d’adaptation au changement climatique dans laquelle les collectivités et les territoires ont été identifiés comme des cibles prioritaires. Pour ce faire, l’ADEME a élaboré un certain nombre d’ouvrages et d’outils pour accompagner les collectivités territoriales.