Nos expertises

La massification de la rénovation énergétique des copropriétés

Mis à jour le 10/08/2018

Bien qu’étant une préoccupation commune pour une majorité des parties prenantes, l’énergie n’est pas un enjeu encore suffisant face à la complexité d’une opération de rénovation pour inciter au passage à une rénovation performante.
 

Rénovation de logements collectifs

En France, environ un quart des ménages habitent en copropriété, soit près de 8 millions de logements. Or, les projets de rénovation en copropriété se heurtent à des difficultés particulières : complexité technique des projets, lourdeur de l’ingénierie financière et administrative, procédures de décision, capacité à convaincre un nombre suffisant de copropriétaires et, in fine, délais des projets.
 
En effet, le statut de la copropriété est au centre du problème et en particulier son organisation face à la prise de décision. Adaptée à une gestion courante, l’assemblée générale « souveraine » ne permet pas d’aborder la question de la rénovation énergétique lourde efficacement, car les différentes parties prenantes, au premier rang desquelles les copropriétaires, selon par exemple qu’ils sont résidents ou bailleurs, ont des intérêts divergents. À ces divergences s’ajoutent celles entre les syndics, les locataires, les professionnels et les pouvoirs publics.
 
L’ADEME a engagé une étude faisant l’état des lieux sur le secteur de la copropriété via l’interview d’une cinquantaine d’acteurs afin de recueillir leur perception de la situation des copropriétés et d’identifier des pistes d’actions pour aller vers la massification de la rénovation énergétique des copropriétés en France. Cette étude inclut également un benchmark du secteur dans trois pays européens.