Nos expertises

Les impacts environnementaux des produits de construction

Mis à jour le 10/08/2018

La fabrication d’un produit ou d’un équipement de construction engendre des impacts sur l’environnement, depuis l’extraction des matières premières jusqu’à sa fin de vie. Il peut également présenter des impacts sur la santé des occupants.

Pour évaluer les impacts environnementaux de la fabrication d’un produit ou d’un équipement, la méthode la plus pertinente est l’Analyse de cycle de vie (ACV), réalisée dans le respect de normes établies au niveau national ou international (en particulier la norme européenne EN 15 804 pour les produits de construction). L’ACV permet d’évaluer ses impacts sur l’environnement et, en particulier, sa contribution au réchauffement climatique, à la pollution de l’eau et de l’air, à l’épuisement des ressources abiotiques. L’ACV permet également d’évaluer les consommations de ressources pour fabriquer un produit (énergie, matières et eau douce).

Réglementation

Le décret 2013-1264 du 23 décembre 2013 oblige tout fabricant d’un produit de construction, de décoration ou d’équipement électrique, électronique et de génie climatique, à se conformer à une déclaration s’il communique sur ses caractéristiques environnementales. Cette obligation, active depuis le 1er janvier 2014 pour les produits de construction et de décoration, entrera en vigueur au 1er juillet 2017 pour les équipements.
Le décret 2011-321 du 23 mars 2011 oblige tout fabricant d’un produit à l’étiqueter pour informer le consommateur du niveau d’émission de Composés organiques volatils (COV).

Des produits écologiques ?

L’impact des produits de construction sur l’environnement s’évalue de façon multicritère. Or, il n’existe aujourd’hui aucun référentiel reconnu* fixant des seuils permettant de définir ce qu’est un « écoproduit », un « écomatériau », un « produit écologique » ou encore un « produit bon pour l’environnement ». En outre, ce sont des produits intermédiaires ou semi-produits ayant vocation à être incorporés dans un bâtiment, associés à d’autres produits. Ainsi, c’est la conception du bâtiment dans son ensemble, incluant un choix judicieux des procédés et produits de construction, qui permettra d’atteindre la performance environnementale attendue.

* À l’exception du NF Environnement sur les peintures.

La base INIES

En France, les résultats de ces ACV sont formalisés sous forme de Fiches de déclaration environnementale et sanitaire (FDES). Celles-ci comportent également des informations sur la contribution des produits à la qualité sanitaire des espaces intérieurs (en particulier des données sur les COV) et au confort des usagers. Elles sont regroupées au sein de la base de données INIES, mise en ligne en décembre 2004 et alimentée par les fabricants de produits. INIES est publique et gratuite, son financement est assuré par différents ministères, organisations et syndicats du secteur du bâtiment. En octobre, elle comptait plus de 1 550 FDES représentant près de 30 000 références commerciales.

Impacts des bâtiments

Avec les consommations d’énergie (immobilières et mobilières) et d’eau ou encore le chantier lui-même, les produits de construction (et les équipements techniques) contribuent aux impacts environnementaux des bâtiments. Deux expérimentations HQE Performances (en 2010 et en 2012) portant sur des bâtiments neufs ont permis de fournir des valeurs et ordres de grandeur de ces impacts pour des maisons individuelles, des logements collectifs et des bâtiments tertiaires (voir rapport sur assohqe.org). Par ailleurs, des travaux sont engagés pour élaborer un référentiel d’évaluation et d’affichage des impacts environnementaux des bâtiments neufs à l’horizon mi-2015.