Nos expertises

Les polluants ambiants

Mis à jour le 05/01/2017

Un air pollué se caractérise par la nature des substances présentes dans l’air et leurs quantités. Selon l’origine humaine de leurs rejets dans l’air, certains polluants peuvent être des indicateurs d’une pollution en milieu ambiant.

Les polluants sont présents dans l’air ambiant, s’ils sont :

  • émis directement par des sources de pollution d’origine humaine ou naturelle : SO2, NOx, PM primaires, COV, NH3, métaux ;
  • formés indirectement dans l’air : O3, PM secondaires, composés acides.
Ils ont des effets sur la santé, l’environnement ou le climat. Pour en savoir plus, découvrez la fiche Impacts des polluants.
 

Dioxyde de soufre

Gaz (SO2) émis dans l’air par les activités humaines utilisant surtout des combustibles fossiles contenant du soufre (pétrole, fioul, gazole, essence, charbon…).

Le dioxyde de soufre est à l'origine de la formation d’autres polluants nocifs pour la santé (composés acides, particules fines notamment).
 

Oxydes d’azote

Gaz formés au cours d’une combustion en présence d’air (chaudières, moteurs…) : monoxyde d’azote (NO) et dioxyde d’azote (NO2). Le transport routier est une source importante d’émissions tout comme le chauffage individuel domestique non performant.

Les oxydes d’azote participent à la formation de polluants photochimiques comme l’ozone.
 

Particules ou aérosols

Dans le langage des sciences de l’atmosphère, les particules désignent la matière solide ou liquide suspendue dans une masse d’air, à l’exclusion des gouttelettes (ou des cristaux) de nuage et de pluie. On parle indifféremment de particules ou d’aérosols.

Elles sont complexes et différentes par :

  • la taille (PM10, PM2,5, PM1, nanoparticules) ;
  • la nature chimique ou biologique (fumées noires, pollens, etc.).

Elles sont :

  • primaires, car introduites dans le milieu, directement par l’homme (émissions de combustion notamment) ou naturellement (pollens, virus, bactéries, levures et moisissures) ou par la remise en suspension des poussières ;
  • secondaires, car issues de réactions chimiques dans l’air à partir de polluants gazeux précurseurs (oxydes de soufre et d’azote).

On ne badine pas avec l’aérosol : le film

Produit par l’ADEME, « On ne badine pas avec l’aérosol » est un film pédagogique sur les particules, de leur formation jusqu’aux actions à mettre en œuvre pour diminuer leur concentration dans l’atmosphère, le tout sur un ton poétique et théâtral. Il a bénéficié également de la collaboration du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie (MEDDE), du ministère des Affaires sociales et de la Santé (MASS) et du LISA (CNRS-UPEC).

Tout sur les particules


N'hésitez pas à diffuser ce film ! Des versions en anglais, en espagnol et en chinois sont aussi disponibles dans 'Ailleurs sur le Web'.

Monoxyde de carbone

Gaz issu, principalement, des chaudières mal réglées et de la circulation automobile.
 

Composés organiques volatils (COV)

Il s’agit de molécules variées, émises par les activités humaines : usage de solvants, activités pétrochimiques, circulation automobile, etc. Elles peuvent également être émises par la végétation naturelle (COV biogéniques).

De plus, la réactivité chimique des COV dans l’air ambiant contribue à la formation de polluants photochimiques, tel que l’ozone.
 

Ammoniac

Gaz (NH3), malodorant, émis surtout par les lisiers d'élevages d’animaux.
 

Métaux

Les métaux sont majoritairement d’origine humaine, et leurs émissions concernent tous les secteurs d’activité : industrie, transport, déchets et agriculture. Pourtant leurs émissions naturelles peuvent être non négligeables (volcans, feux de forêts, croûte terrestre, embruns marins).

La plupart des métaux sont véhiculés dans l’atmosphère par des particules car ils s’y adsorbent : arsenic, cadmium, chrome, cuivre, nickel, plomb, vanadium, zinc. Seul le mercure se transporte sous forme gazeuse.

Les métaux sont à surveiller dans l’environnement, notamment dans l’air, en raison de :

  • leur toxicité, dès les faibles doses pour certains ;
  • leur persistance dans les écosystèmes, non biodégradables ;
  • leur accumulation dans les organismes vivants.

Ozone

Gaz odorant au pouvoir oxydant. Il est le principal agent de la pollution photochimique dans l’atmosphère. Il se forme par des réactions chimiques complexes faisant intervenir les oxydes d’azote et les composés organiques volatils, sous l’effet du rayonnement solaire.  
 

Composés acides

Il y a différents composés acides : acides sulfuriques (HSO4) et nitriques (HNO2) ou des sulfates (SO4) et nitrates (NO3). Ils sont issus de la transformation chimique dans l’air du dioxyde de soufre (SO2) et des oxydes d’azote (NOx).

Ils se déposent au sol, sous forme de dépôts secs ou humides.