Nos expertises

Bruit ambiant : ce qu’il faut savoir

Mis à jour le 01/09/2014

Les nuisances sonores dans l’environnement extérieur sont essentiellement liées au bruit des transports terrestres qui peuvent exposer la population à des niveaux qui s’avèrent préoccupants pour la santé.

On définit généralement le bruit comme un son perçu mais non choisi, une perception sonore subie, jugée gênante et non souhaitée, un signal sonore indésirable et nuisible.
Les trois composantes qui caractérisent le bruit dans l’environnement sont :

  • l’intensité ;
  • la fréquence ;
  • la temporalité.

La conjugaison des trois composantes, intensité, fréquence et temporalité, compose la dose de bruit reçue par l’être humain pendant un temps donné.

Intensité

L’intensité du bruit dans l’environnement urbain est généralement inférieur aux seuils de danger pour l’organe de l’audition : le bruit dans l’environnement urbain ne rend pas sourd. Ses effets sur la santé ne sont pas négligeables pour autant à long terme. L’intensité d’un bruit se mesure en décibel noté dB.
 

Fréquence

Un bruit contient souvent plusieurs fréquences (sinon on parle d’un son pur). Les bruits de l’environnement urbain en contiennent beaucoup : ce sont des bruits avec un large spectre de fréquences. Lorsqu’il y a beaucoup de fréquences élevées, on parle d’un bruit aigu et lorsqu’il y a beaucoup de fréquences basses, on parle d’un bruit grave. Cette notion de fréquence est importante car l’oreille humaine est plus sensible aux fréquences moyennes qu’aux fréquences aigües ou graves. Pour en tenir compte, on mesure l’intensité du bruit en décibel A noté dB(A). Le bruit de l’environnement urbain, principalement créé par les transports, est plutôt un bruit sourd, une sorte de grondement, parce qu’il contient beaucoup de fréquences basses.
 

Temporalité

Un bruit se caractérise également par sa temporalité : bruit continu, bruit intermittent, pic de bruit (bruit bref ou impulsif) ou bruit répétitif sont perçus différemment. De même dans l’environnement, le bruit d’une voie de circulation intense, de type autoroute, relativement continu tout au long de la journée, se distingue nettement d’un bruit de passages répétitifs des trains que l’on peut ressentir à proximité de ces voies de circulation. Les bruits brefs, de type bruit d’explosion ou bruit d’impact, sont plus rares en milieu urbain.
 

Dose de bruit

En milieu du travail, une dose de bruit trop importante peut provoquer une perte partielle ou totale de l’ouïe. Être exposé, huit heures par jour pendant plusieurs années, à un niveau de bruit de 85 ou 90 décibels, entraîne ainsi une altération irréversible de l’oreille interne. De plus, contrairement à une idée longtemps véhiculée, le bruit n’agit pas uniquement sur le système auditif.

À haute dose, le bruit de l’environnement perturbe aussi les échanges et la communication, contrarie le sommeil, provoque un stress chez les individus. Il peut entraver le bon fonctionnement plus général de l’organisme (vue, système cardio-vasculaire, système gastro-intestinal), causer vertiges et nausées et être à l'origine de troubles psychologiques.