Entreprises

L’exemple de la raffinerie Esso

Mis à jour le 28/08/2017

Les investissements réalisés par la raffinerie Esso pour réduire ses émissions d’oxydes d’azote (NOx) n’ont pas tardé à porter leurs fruits.

Avec le soutien financier de l’ADEME, Esso a engagé en 2008 les investissements nécessaires à une diminution significative des oxydes d’azote (NOx) émis par la turbine à gaz de sa raffinerie de Fos-sur-Mer (13). L’abattement visé était de 80 %, grâce à l’implantation d’une réduction catalytique sélective (SCR) avec génération en ligne d’ammoniac. Le flux d’émissions évitées atteindra finalement 458 tonnes par an de NOx, soit près de 30 % des émissions totales de la raffinerie.

Les performances très élevées de l’installation ont permis d’anticiper la réglementation préfectorale applicable en 2010 et de contribuer aux objectifs de la directive européenne NEC (National Emissions Ceilings, 2010), puisque le niveau d’émission de NOx attendu est très inférieur à la valeur limite, à l’échelle de la turbine comme de la « bulle NOx » du site.
L’installation d’une SCR sur une turbine à gaz en fonctionnement est par ailleurs une première en Europe : le procédé, du fait de sa complexité et de son encombrement, est d’ordinaire réservé aux turbines neuves.