Entreprises

Les transports combinés

Mis à jour le 24/08/2017

L’amélioration de la performance environnementale du transport de marchandises passe par l’optimisation intrinsèque du transport routier, mais aussi par l’utilisation d’autres modes complémentaires. Ici le cas des transports combinés.

La complémentarité des modes de transport

Le transport routier de marchandises est aujourd’hui le mode dominant dans les échanges intérieurs français. Cette position a été acquise en grande partie grâce à ses atouts en termes de flexibilité, de fiabilité et de compétitivité. La qualité des infrastructures routières françaises, des flux de moins en moins massifiés et un prix du pétrole « bon marché » ont été également des facteurs déterminants dans cet essor.

Or les modes ferroviaire, fluvial et maritime consomment moins d’énergies fossiles, permettent de délester certains axes routiers et émettent moins de gaz à effet de serre et de polluants par tonne/kilomètre transportée que les modes routier et aérien. Toutefois, ces modes de transport bénéficient d’infrastructures moins diffuses que le transport routier. C’est pourquoi, sur certains axes pertinents, il y a du sens à utiliser du transport combiné.

Combiner au moins deux modes de transport

Dans les cas où cela est possible, il s’agit de combiner au moins deux modes au sein d’une même chaîne de transport, dans laquelle n’intervient aucune rupture de charge de la marchandise grâce à l’utilisation d’un même contenant [unité de transport intermodal (UTI) ou semi-remorque]. Les parcours principaux s’opèrent par fer, fleuve ou mer, et les parcours initiaux et/ou terminaux par route.

Faire le choix d’une solution de transport combiné est le résultat d’une démarche stratégique d’entreprise. Préalablement, il est recommandé de réaliser une étude interne de faisabilité. Tout d’abord, il convient de caractériser l’ensemble de ses flux, notamment en termes de distances, de types de marchandises transportées, de contraintes techniques, de fréquences et de délais. Il s’agira ensuite d’identifier les flux pertinents pour réaliser du transport combiné.

Pour cela, il est nécessaire de bien connaître :

  • les acteurs du transport combiné (opérateurs, tractionnaires routiers, loueurs de matériels…) ;
  • les avantages réglementaires, comme la possibilité de rouler avec un véhicule routier à 44 tonnes ;
  • les offres de services et liaisons existantes ;
  • les différentes techniques et matériels…

 

Un site d’information européen

La plateforme européenne des transports combinés (fer, fleuve et mer) Viacombi apporte aux entreprises, en un seul lieu, toutes les informations pour les aider dans leur décision. Des rubriques pratiques et visuelles (sous la forme de photos et vidéos) sont disponibles gratuitement : contacts utiles, techniques et matériels, exemples à suivre d'entreprises, comparateur CO2, outil cartographique des terminaux et des liaisons…