Entreprises et monde agricole

Le saviez-vous ?

Mis à jour le 07/03/2018

Les productions sous serres chauffées en maraîchage et horticulture sont très vulnérables à la hausse du prix de l'énergie.

Quelques chiffres

D’après l’étude « Utilisation rationnelle de l’énergie dans les serres » (ADEME - 2007), en maraîchage, l’énergie représente en moyenne 22 % des charges de production directes des exploitations de cultures sous serres chauffées, contre 11 % en horticulture. La consommation énergétique a baissé de 7 % de 2006 à 2011 et les surfaces de serres chauffées par la biomasse ont fortement augmentées (18 % des surfaces) (source : Évolutions du parc de serres et des équipements de chauffage, Centre technique interprofessionnel des fruits et légumes (CTIFL), mars 2013). La part de l’énergie dans les coûts de production restait toujours aussi importante en 2011 (25 % en moyenne) à cause des augmentations successives du prix des énergies.

Une corrélation directe existe entre l’efficacité énergétique et les caractéristiques des serres. L’âge moyen du parc français est de 19 ans, et sa modernisation permettrait d’importantes économies d’énergie.

En maraîchage, des disparités régionales sont observées : en 2011, la consommation énergétique moyenne des serres était de 327 kWh/m² en Bretagne contre 274 kWh/m² pour la zone Rhône-Méditerranée.

La consommation énergétique moyenne en horticulture était quant à elle de 160 kWh/m²(en 2007).

Les études du CTIFL ont montré qu’une réduction de la température de consigne de nuit de 1 ℃ pouvait engendrer une économie d’énergie de 10 à 15 % (par jour et sans écran thermique).

Une augmentation de 5 % de la transmission lumineuse à travers une vitre (par exemple en la nettoyant) engendre des économies d’énergie de l’ordre de 1,5 % (source : Le défi de l’énergie dans les serres - Région Centre).

80 % de l’énergie utilisée pour chauffer une serre est consommée la nuit (source : Ten easy ways to cut energy costs in existing greenhouse spaces - Focus on energy - Wisconsin - USA - 2008).

Éléments importants pour la réussite du projet

La première étape de tout projet lié aux économies d’énergie consiste à établir un diagnostic précis de la consommation, à identifier les postes de consommation et les principales causes de pertes thermiques, afin de pouvoir prioriser les actions à mener.

Pour la mise en œuvre de projets complexes, il est possible de se faire assister par des bureaux d’études, à toutes les étapes : études de préfaisabilité, faisabilité, maîtrise d’œuvre, etc.

Les actions d’économies d’énergie concernent principalement :

  • l’amélioration de la structure de la serre, notamment son isolation ;
  • l’optimisation de la gestion des paramètres climatiques ;
  • l’amélioration du matériel de chauffage (chaudières, canalisations, etc.).
  • l'installation de système de production d'énergie renouvelable, notamment la biomasse.