Entreprises et monde agricole
Le secteur de la scierie

Sommaire du dossier :

Des conseils pour agir

Mis à jour le 18/09/2018

Pour réduire les consommations d’énergie dans votre scierie, voici quelques conseils pour agir sur les différents niveaux du procédé.

Les bonnes pratiques énergétiques indiquées constituent des pistes à explorer et à adapter au cas par cas. Elles sont issues du « Guide des bonnes pratiques énergétiques en scierie », réalisé par le Centre technique forêt cellulose bois et ameublement (FCBA) en partenariat avec la FNB et avec le soutien de l’ADEME.

Malgré une grande diversité de process, l’activité du sciage peut être représentée selon les diverses étapes simplifiées de production suivantes :  

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Télécharger le descriptif détaillé du schéma simplifié d'une scierie de taille moyenne

Légende

Facilité Temps de retour sur investissement (TRI) Coût

*

Facile

+

Court terme

Faible

**

Moyennement facile

+/-

Moyen terme

€€

Modéré

***

Difficile

-

Long terme

€€€

Élevé


Les conseils du « Guide des bonnes pratiques énergétiques en scierie » concernent la globalité des procédés de sciage en intégrant le poste séchage et, si existant, le rabotage.

Bonnes pratiques générales

  Facilité TRI Coût

Installer des variateurs de fréquence sur les machines consommatrices

**

++

€€

Rénover les équipements anciens

*

+

€€

Donner des leçons d'éco-conduite aux chauffeurs et aux caristes

*

++

Suivre la consommation individuelle de carburant

*

++

Suivre la consommation électrique (dérives, pics de consommation…)

*

++

Mettre en place un système « Stop and go » sur les chariots élévateurs (renouvellement)

*

+

Sensibiliser à l'efficacité énergétique (éteindre les lumières, fermer les portes, etc.)

**

+

Optimiser les distances de déplacement pour les engins de manutention

**

++

€€

Récupérer la chaleur des gaz de combustion de la chaudière

***

+++

€€€

Pré-sécher les bois destinés aux chaudières

***

++

€€€

 

Bonnes pratiques sur les parc à grumes

  Facilité TRI Coût

Sensibiliser les chauffeurs à l’éco-conduite

*

++

Réduire les distances parcourues par les chariots élévateurs et les conducteurs

**

++

€€

Réduire le nombre de fois que le chariot réalise des levées et des déplacements de grumes et de charges

**

++

€€

Privilégier l’emploi du ralenti pour les chariots élévateurs et les tracteurs lors de déplacements non opérationnels

*

+

Utiliser les systèmes GPS pour la planification de la logistique sur le parc à grumes et le stock

*

++

€€

Synchroniser les entrées des camions

**

+++

Basculer du pneumatique à l’hydraulique pour les mécanisations

**

+++

€€ à €€€

Installer des variateurs de fréquence (mécanisation)

*

++

€ à  €€

Installer des variateurs de fréquence (moteurs de puissance)

**

++

€€

Réduire la marche des convoyeurs

** +++ €€

 

Bonnes pratiques sur les process

  Facilité TRI Coût

Utiliser les variateurs de fréquence quand c'est possible (vitesse de rotation des outils de coupe, vitesse des transferts et convoyage, vitesse de sciage)

**

++

€€ à €€€

Réduire l'épaisseur des lames de scie à performance égale

***

++

€€

Adapter les vitesses des convoyeurs à la charge

**

+++

€€

Remplacer si possible les aspirations à air par des convoyeurs à raclettes ou à bandes pour les connexes (copeaux et sciures)

**

+++

€€€

Réduire les temps de cycle des outils

*

++

€ à €€

Utiliser des batteries de condensateur pour éliminer l'énergie réactive

*

++

€€

Choisir des moteurs de taille et de puissance adaptées et à haut rendement

**

++

€€€

Mettre en place un système d'arrêt automatique sur les convoyeurs lorsqu'ils sont vides (et non les ralentir)

*

++

€€

Purger les défauts des bois avant séchage

**

++

€€

Fermer manuellement ou automatiquement les clapets d’aspiration lorsque des appareils ne fonctionnent pas

*

+++

€ à €€

Récupérer la chaleur issue du compresseur d'air qui est réinjectée par un tuyau dans une raboterie, un atelier d'affûtage...

**

++

€€

Mettre en place un assécheur d’air pour supprimer toute trace d’humidité préjudiciable à un bon fonctionnement du compresseur

*

+

€€

Réduire les périodes de fonctionnement à vide (taux d’utilisation machine)

**

++

€€


  

Bonnes pratiques sur le séchage

  Facilité TRI Coût

Gérer la ventilation (adaptation matériel)

**

+++

€€€

Gérer la ventilation (procédure empilage, chargement...)

*

+

Récupérer et valoriser l’énergie perdue

***

+++

€€€

Limiter les déperditions du séchoir et du réseau de distribution de chaleur

*

+

€€

Dimensionner correctement son équipement

  • Puissance du générateur thermique

*

+

  • Capacité utile des séchoirs en rapport avec les besoins

*

+

Réguler plus précisément (PID en boucle fermée)

*

++

€€€

Optimiser les programmes de séchage

*

+

Limiter la masse d’eau à évaporer

  • Ressuyage préalable

*

+

  • Éviter le sur-séchage

*

+

Limiter les pertes système

  • Réduire le temps de chargement/déchargement

**

+++

€€€

  • Optimiser le lattage

*

+

  • Optimiser la quantité de bois dans le séchoir

*

+

 

Bonnes pratiques sur les infrastructures - bâtiments

  Facilité TRI Coût

Diviser le système d'air comprimé par zones

*

+++

€€ à €€€

Diminuer si possible la pression maximale du système d'air comprimé

*

++

Isoler les canalisations pour éviter les déperditions d'énergie

**

+++

€€

Récupérer la chaleur issue du compresseur d'air pour le chauffage des locaux

**

++

€€€

Accroître les dimensions des canalisations pour diminuer les pertes

***

+++

€€€

Remplacer l'ancien éclairage par de nouveaux moins énergivores

*

+++

€€€

Installer un détecteur de présence pour les lumières

*

++

Effectuer un « audit de nuit » (ou week-end) pour identifier le matériel et les équipements qui pourraient être éteints

*

+