Entreprises et monde agricole

Des conseils pour agir

Mis à jour le 18/09/2018

Pour vous permettre d’optimiser vos procédés de séchage dans votre atelier, nous vous présentons ici de nombreux conseils.

Préalable à l'optimisation du séchage

Avant toute chose, il est nécessaire de mesurer et de suivre les performances réelles des équipements énergivores utilisés par les différents procédés considérés. Par ordre croissant de coût, les types d’actions à envisager sont :

  • l’optimisation du fonctionnement des équipements existants par des régulations et des systèmes permettant de mieux gérer l’énergie ;

  • la récupération de chaleur, par exemple la mise en cascade des procédés, afin d’utiliser la chaleur récupérable à haute température en sortie de certains procédés pour en alimenter d’autres qui nécessitent des températures moins élevées ;

  • le remplacement des équipements existants par des équipements énergétiquement plus performants ;

  • la rupture technologique, amenant à sélectionner des principes physiques plus performants.


Plus concrètement, vous trouverez dans les tableaux qui suivent des préconisations pour vous aider à réduire les consommations énergétiques du système de séchage de votre atelier.

Télécharger le descriptif détaillé du visuel (RTF - 67,26 ko)

Télécharger le schéma « Séchage : optimisez vos consommations d'énergie »

 

Légende

Facilité

Temps de retour sur investissement (TRI)

Coût

*

Facile

+

Court terme

Faible

**

Moyennement facile

+/-

Moyen terme

€€

Modéré

***

Difficile

-

Long terme

€€€

Élevé

 

Agir sur la performance des équipements de séchage (si le produit le permet)

 

Facilité

TRI

Coût

Remplacer les systèmes de séchage standards par des technologies plus performantes :

 

  • utiliser une technique de séchage par vapeur surchauffée. On estime que cela permet de diviser la consommation d’énergie d’un facteur 3 à 15 si la vapeur produite peut être valorisée intégralement par condensation ;

***

-

€€€

  • dans le cas d’un séchage à « basse température » (faible écart entre la température de l’air frais et celle en entrée du séchoir), utiliser de l’air le plus sec possible : déshumidifier l’air de séchage et relever la température de cet air au moyen d’une pompe à chaleur si nécessaire ;

***

-

€€€

  • utiliser un système de chauffage par énergie radiante (infra-rouge, UV, micro-ondes, hautes fréquences).

**

+/-

€€

Utiliser l’énergie solaire comme source de chaleur, soit par le biais de panneaux solaires thermiques produisant de l’air chaud, soit en séchant directement le produit au soleil.

**

+/-

€€

Valoriser autant que possible les combustibles biomasse pour la production d’air chaud.

***

+/-

€€€

Sélectionner des technologies de séchoir en canopy, pour limiter les pertes thermiques par les sas.

***

+/-

€€€

 

Agir sur le pilotage du procédé de séchage en optimisant les consignes et la régulation

  Facilité TRI Coût

Installer un système de régulation performant, équipé par exemple d’une commande prédictive (technique qui permet d'anticiper le futur comportement du procédé). Le déploiement d’une solution de ce type nécessite l’installation de capteurs (température, humidité) et d’un automate mais permet un suivi et une régulation beaucoup plus fine du processus de séchage.

***

 +/-

€€

Augmenter la température de l’air en entrée de séchoir jusqu’à la limite acceptable pour le produit.

*

 +

Mettre en place la variation de vitesse sur les moteurs des extractions si elle est pertinente par rapport au fonctionnement de l’installation et/ou dans le cas d’un produit entrant à humidité variable.

**

+/-

€€

Optimiser l’utilisation du séchoir pour limiter la fréquence des phases de démarrage et d’arrêt, qui constituent des phases énergivores et souvent non productives.

*

+

Si le séchage utilise de l’air comprimé, isoler le poste séchage du reste du réseau d’air comprimé et vérifier la pression réellement nécessaire.

**

+/-

€€

 

Agir sur la réduction des pertes thermiques du procédé du séchoir

  Facilité TRI Coût

Installer un pré-séchoir et le chauffer en récupérant l’air en sortie du séchoir, qui peut avoir des températures supérieures à 100℃ et donc être valorisé relativement aisément.

**

 +/-

€€

Installer des rideaux d’air chaud au niveau des sas des séchoirs pour les installations de type étuve traversante, tunnel. Sur le même principe, installer des bavettes en partie haute des sas et/ou adapter la section des sas au gabarit des pièces traitées pour limiter les pertes thermiques par les sas.

*

+

Récupérer la chaleur : recycler une fraction de l’air sortant pour le mélanger à l’air frais avant chauffage, afin de diminuer la puissance de chauffage nécessaire.

**

 -

€€

Récupérer la chaleur : préchauffer l’air entrant avec l’air sortant en utilisant une tour de lavage, notamment si cette dernière est nécessaire pour d’autres raisons.

***

+/-

€€

Récupérer la chaleur : préchauffer l’air entrant avec l’air sortant en utilisant un échangeur air/air. Gains énergétiques attendus de quelques pourcents sur la consommation du procédé.
Pour plus d'informations, consultez notre page sur la récupération de chaleur.

** -

€€€

 

Agir sur la maintenance des appareils de séchage

  Facilité TRI Coût

Optimiser la fréquence de désencrassement des séchoirs en tenant compte des pertes de performances dues à l’encrassement et des pertes thermiques dues à l’ouverture prolongée du séchoir le temps du nettoyage.

**

+

Vérifier régulièrement l’intégrité de l’isolation et l’étanchéité des chambres de séchage et des équipements annexes.

*

+

Mettre en place des moteurs haut rendement dans le cas du remplacement des moteurs.

*

+

En cas de pannes, privilégier l’achat de moteurs neufs et éviter le rebobinage.

*

+

Surveiller et entretenir la qualité métrologique de l’instrumentation du séchoir (en particulier la régulation).

*

+

Disposer de modes opératoires intégrant les performances énergétiques du séchoir.

*

+

 

Agir sur les installations périphériques du séchoir

  Facilité TRI Coût

Veiller à la situation géographique du séchoir par rapport aux procédés voisins (extractions), afin d’éviter toute perturbation aéraulique du séchoir.

*

 +

Installer de la compression mécanique de vapeur ou des éjecto-compresseurs sur des installations d’évapo-concentration de manière à réduire la consommation spécifique de l’installation (kWh/tonne d’eau évaporée).

***

 +/-

€€€

Dans le cas d’installations avec émissions de Composés organiques volatils (COV), organiser la production de manière à exploiter autant que possible la combinaison séchage-oxydation ou séchage-incinération.
Pour en savoir plus, consultez notre page sur les COV.

**

 +/-

€€

 

Agir sur le suivi énergétique de l’installation de séchage

  Facilité TRI Coût

Mettre en place des comptages énergétiques sur les équipements fortement consommateurs et/ou pour comparer plusieurs installations de séchage sur un même site.

*

 +

Définir des indicateurs énergétiques pour suivre la consommation d’énergie du séchoir dans le temps (par exemple, kWh/tonne d’eau évaporée, kWh/tonne de produit traité).

*

 +

Former/informer le personnel sur les économies d’énergies.

*

 +