Entreprises et monde agricole

Des conseils pour agir

Mis à jour le 05/04/2019

Pour mieux identifier vos besoins et utiliser vos sources de chaleur, voici quelques conseils qui vous permettront d'agir sur la récupération de la chaleur issue de votre procédé industriel.

La récupération de chaleur permet de valoriser une quantité d’énergie inutilisée provenant d’un procédé dégageant de la chaleur, et qui peut être utilisée pour couvrir d’autres besoins thermiques dans l’atelier ou en dehors. Il convient de travailler en deux temps : d’une part, identifier les besoins en chaleur ; d’autre part, identifier les sources exploitables de chaleur, que ce soit pour une utilisation au sein de l’entreprise ou pour une revente à un utilisateur extérieur (injection directe dans un réseau de chaleur, revente à une entreprise voisine, conversion en électricité…).

Identifier vos besoins de chaleur

En fonction de ses caractéristiques, la chaleur peut être valorisée sous différentes formes, selon les besoins énergétiques existants dans l’entreprise (chaleur, froid, électricité, énergie mécanique…) ou à l’extérieur (réseaux de chaleur…). Ainsi, il est possible de remplacer d’autres sources extérieures d’énergie, fossile ou électrique, et généralement facturées (électricité du réseau, gaz…), par l’énergie issue de la récupération de chaleur.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Légende

Facilité Temps de retour sur investissement (TRI) Coût

*

Facile

+

Court terme

Faible

**

Moyennement facile

+/-

Moyen terme

€€

Modéré

***

Difficile

-

Long terme

€€€

Élevé

 

  Facilité TRI Coût

Réaliser un diagnostic du site pour identifier les postes consommateurs de chaleur et leurs besoins en chaleur, les sources de chaleur perdue, et entreprendre une analyse en vue d’une valorisation énergétique (en cas d’installation complexe, des méthodes spécifiques peuvent aider à l’analyse et à la recherche de solutions).

*

+

Augmenter la température de l’air de combustion d’une chaudière en le préchauffant. Une augmentation de 20 ℃ de l’air de combustion peut améliorer le rendement utile de la chaudière de 1 %.

**

+/- 

€€

Dans les systèmes de ventilation, préchauffer l’air entrant par une récupération de chaleur.

***

€€€

Valoriser la chaleur perdue pour préchauffer la matière ou les produits.

**

+

Se raccorder à un réseau de chaleur voisin afin d’y vendre la chaleur récupérée, si elle ne peut pas être valorisée sur place. Un tel projet peut être éligible au Fonds chaleur de l’ADEME.
Pour plus d'informations, consultez notre page sur les solutions de financement.

***

-

€€€

Produire du froid par le biais d’un groupe frigorifique à absorption, s’il existe une source de chaleur régulière et continue et un besoin en froid concomitant.

***

-

€€€

Valoriser la chaleur sous forme électrique ou mécanique grâce à un cycle thermodynamique (par exemple cycle organique de Rankine).
Pour en savoir plus, consultez notre article sur la cogénération biomasse.

***

€€€

Utiliser la chaleur pour le chauffage des locaux. Cette option est une solution saisonnière (périodes de chauffage des locaux). Il convient de la juger au regard des autres options.

**

€€

 

Identifier les sources de chaleur

L’un des principaux facteurs de décision, avant d’investir dans un système de récupération de chaleur, est la « qualité » de la source de chaleur à valoriser et le besoin concomitant (voir schéma). Les facteurs à prendre en compte sont les niveaux de température, les débits, la disponibilité de la source, les risques de corrosion et d’encrassement. La réalisation d’un diagnostic énergétique du site permettra d’identifier ces besoins en chaleur.

Les rejets thermiques se présentent généralement sous forme liquide (eau ou huile chaude), gazeuse (air chaud, gaz d’échappement…) ou diffuse (rayonnement ou pertes thermiques dues à un défaut d’isolation). Les températures de ces rejets varient de 30 ℃ à 500 ℃.

Quelques exemples de gisements de chaleur valorisable :

  • Rejets liquides :
    • les eaux usées rejetées par les réseaux urbains (environ 12 ℃),
    • les eaux/liquides de refroidissement des procédés (par exemple, fours verriers) ou des utilités (froid, air comprimé), de 30 à 90 ℃. La récupération de chaleur est éligible aux Certificats d'économies d'énergie avec la fiche IND-UT-117 pour le groupe de production de froid, avec la fiche IND-UT-103 pour le compresseur d’air ;
  • Rejets gazeux :
    • air extrait de l’atelier, qui a été chauffé, puis ventilé vers l’extérieur (maximum 30 ℃),
    • l’air chaud produit par les compresseurs d’air ou les groupes froid (de 30 à 70 ℃),
    • la vapeur extraite des procédés (de 90 ℃ à 130 ℃),
    • les gaz de combustion issus des fours, des chaudières, des incinérateurs (de 130 à 500 ℃), plus difficilement récupérables ;
  • Rejets diffus : les produits chauds lors de leur refroidissement à la sortie des lignes de production (de 70 à 500 ℃).

Cliquer sur l'image pour l'agrandir