Entreprises et monde agricole

Le saviez-vous ?

Mis à jour le 12/04/2019

Pour la production de viande bovine, l’énergie directe et indirecte représente environ 13 % des charges. Vous trouverez ici des chiffres sur l’énergie consommée pour la production de viandes bovine et ovine, ainsi qu’un point réglementaire.

60 % de l’énergie globale consommée est de l’énergie indirecte : alimentation achetée et fertilisation. Les 40 % restants représentent l’énergie directe : le carburant consommé par les tracteurs et l’électricité consommée par les bâtiments. Les consommations de carburant représentent 85 % de l’énergie directe consommée ; elles sont principalement dues à la distribution des fourrages. En ce qui concerne l’électricité, son impact est moindre (elle concerne surtout l’éclairage du bâtiment et éventuellement l’utilisation d’appareils électriques en atelier).

Pour ce qui est des élevages bovins viande en agriculture biologique, la répartition de la consommation d’énergie par poste est inversée. L’énergie directe représente alors 65 % des consommations et l’énergie indirecte seulement 35 %. Cette prédominance de l’énergie directe s’explique par une faible consommation d’intrants.

De plus, le type d’alimentation utilisé influence le niveau de consommation énergétique du poste « alimentation ». En effet, les systèmes fourragers à base de maïs sont bien plus énergivores que les systèmes herbagers.

En ce qui concerne la production de viande ovine, la répartition des consommations énergétiques est assez semblable à celle de viande bovine. En moyenne, 57 % de l’énergie consommée est de l’énergie indirecte : alimentation achetée et fertilisation. La consommation en énergie directe (carburant et électricité) est de 43 %. Les besoins en produits pétroliers représentent la majorité de l’énergie directe consommée (plus de 80 %).

Pour les élevages ovins, le niveau de consommation énergétique par kg de carcasse produite est impacté par le type d’élevage. Dans l’ordre croissant de consommation d’énergie par unité produite, se trouvent les élevages pastoraux majeurs, les herbagers et fourragers intensifs, puis viennent les systèmes pastoraux mineurs.

Les élevages les plus consommateurs de carburant sont les élevages pastoraux, tandis que les plus consommateurs en alimentation sont les pastoraux de grande taille.

Éléments importants pour la réussite du projet

Pour diminuer les consommations énergétiques dans les ateliers d’élevage de bovins, il est nécessaire de :

  • limiter la consommation de carburant (champ et bâtiment, organisation des travaux) ;
  • limiter la fertilisation minérale des exploitations (notamment en valorisant les effluents d’élevage) ;
  • changer de système d’alimentation pour réduire les dépenses en aliments et en énergie tout en garantissant l’apport en calories (aller vers l’autonomie alimentaire, optimiser le pâturage) ;
  • quant à la méthanisation, elle permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre liées à l’élevage, tout en permettant une production d’énergie.