Entreprises et monde agricole

Des conseils pour agir

Mis à jour le 12/04/2019

Retrouvez-ici des conseils pour agir sur votre production viticole ou arboricole, soit directement sur le travail des végétaux, soit au niveau de la vinification ou la station fruitière.

Légende

Facilité Temps de retour sur investissement (TRI) Coût

*

Facile

+

Court terme

Faible

**

Moyennement facile

+/-

Moyen terme

€€

Modéré

***

Difficile

-

Long terme

€€€

Élevé

 

Production viticole

Agir sur le travail de la vigne

  Facilité TRI Coût

Réduire la consommation de carburant peut se faire simplement avec un entretien régulier du tracteur et un contrôle au banc d'essai. D'autres actions sont possibles pour réduire les consommations de carburant (adaptation du régime moteur...).

*

+/-

Les produits phytosanitaires consomment de l'énergie indirecte (pour leur production) et directe (carburant pour leur répartition sur la vigne). Pour limiter leur consommation, le contrôle du pulvérisateur est obligatoire pour tout équipement de plus de 5 ans. D'autres leviers d'actions existent pour réduire la consommation de produits phytosanitaires, notamment traiter en fonction des seuils d'intervention et accorder une place aux auxiliaires.

**

+/-

€€

L'enherbement de l'inter-rang, plutôt que le désherbage chimique, permet de réduire jusqu'à 75 % l'intensité des attaques des botrytis et diminue donc les consommations en produits phytosanitaires et celles de carburant associées.

*

+/-

Le compostage des sarments de vigne permet d'améliorer la teneur en azote du sol et donc de réduire la consommation en engrais et en carburant associée. Ce système nécessite un investissement pour mettre en place une plate-forme de compostage.

**

+/-

€€

 

Agir sur la vinification

  Facilité TRI Coût

Le bilan thermique est indispensable pour évaluer les besoins thermiques du chai (puissances en chaud et en froid, cuve par cuve, jour après jour). La puissance installée dépend du type de raisin, des opérations œnologiques à pratiquer, des températures ambiantes... Pour évaluer cette puissance, il faut créer un planning des vendanges, prendre en compte les caractéristiques des cuves et connaître toutes les opérations qui nécessitent de l'énergie. Une fois ce bilan réalisé, des actions sont définies pour réduire les consommations d'énergie.

**

+

€€

L'isolation des cuves (couverture isolante ou cuve à double paroi contenant de la mousse) et de la tuyauterie permet de diminuer les déperditions thermiques, ce qui entraîne une baisse importante de la consommation en énergie.

**

+/-

€€

La technique de co-inoculation consiste à intégrer au moût des bactéries lactiques entre 48 et 72 heures après le départ de la fermentation alcoolique. Cette technique a un coût d'environ 1,4 euro par hectolitre mais engendre une réduction des dépenses en chauffage et en coût d'analyse (source : Co-inoculation : Comment et Pourquoi ? - La Technique viti-vinicole de Val de Loire - 2010).

**

+/-

€€

Il est aussi possible d'installer un puits canadien pour préchauffer ou pré-refroidir l'air frais entrant. Les variations de températures dans le chai sont limitées tout en conservant une température de conditionnement entre 16 et 20 ℃.

**

+/-

€€€

 

Production arboricole

Agir sur le travail de la vigne

  Facilité TRI Coût

Réduire la consommation de carburant peut se faire simplement avec un entretien régulier du tracteur et un contrôle au banc d'essai.

*

+/-

L'enherbement permet de limiter l'érosion et de maintenir la teneur en azote du sol. Ainsi, les consommations de carburant et de produits phytosanitaires peuvent être réduites, dans une certaine mesure, par la présence d'insectes auxiliaires. Néanmoins, l'enherbement peut aussi attirer des ravageurs.

*

+/-

Le compost peut être utilisé dans les sols pour son apport en azote. Il peut même être produit sur place, par les déchets verts et les fruits impropres à la distribution. Il est néanmoins nécessaire de disposer d'un compost « bien fait ». En effet, le compost doit être produit à des températures suffisantes (environ 70 ℃), pour permettre la destruction des pathogènes qui se trouvent dans les déchets végétaux utilisés. Le coût de la tonne de déchets à transformer pour cela est estimé à 21 € HT (source : Chambre d'agriculture du Roussillon).

***

+/-

€€

 

Agir sur la station fruitière

  Facilité TRI Coût

L'isolation du bâtiment est un élément très important pour éviter le réchauffement des chambres frigorifiques. Il est recommandé d'installer des rideaux de froid au-dessus de chaque porte, pour empêcher l'air froid de sortir et l'air chaud de rentrer. Cette technique permet de réduire de 70 % à 90 % les déperditions lors de l'ouverture de la porte.

**

-

€€

Pour les systèmes de production de froid à compression mécanique, il est possible de réduire le taux de compression en utilisant des compresseurs à haute pression flottante. En période d'automne et d'hiver, les températures extérieures sont plus basses, on peut donc obtenir des températures de condensation de 20-25 ℃ au lieu de 40-42 ℃ (en été), en abaissant la haute pression. On peut ainsi réduire de 15 % en moyenne la consommation des compresseurs. Cette solution est éligible aux Certificats d'économies d'énergie (CEE) avec la fiche AGRI-UT-104.

**

+/-

€€

Pour un système frigorifique à compression, le moteur tourne à vitesse constante alors que le transfert de fluide a un débit variable. La mise en place de variateurs de vitesse associés aux moteurs permet de réguler leur vitesse. Cela engendre une économie entre 10 et 50 % en électricité. Cette solution est éligible aux CEE avec la fiche AGRI-UT-102.

**

+/-

€€

Dans les stations fruitières de grosse structure (à l'extérieur de l'exploitation), la production de froid est en général liée à plusieurs compresseurs fonctionnant en même temps. Lorsque la demande en froid diminue, il est possible d'adapter la puissance frigorifique en arrêtant un ou plusieurs compresseurs.

*

+

Dans les stations fruitières de grosse structure (à l'extérieur de l'exploitation), il est possible de récupérer la chaleur produite par les systèmes frigorifiques pour préchauffer de l'eau sanitaire ou des bureaux. Pour le préchauffage des bureaux, l'utilisation d'une pompe à chaleur eau/eau est possible. Cela permet de récupérer entre 50 et 80 % des besoins en chaleur. Cette solution est éligible aux CEE avec la fiche AGRI-TH-104.

**

+/-

€€

Lors de l'arrêt des compresseurs, la température de l'eau glycolée remonte et permet le dégivrage des frigorigènes. Ainsi la surface de transfert est optimale et n'est pas obstruée par du givre.

**

+/-

€€

Il est important d'évaluer les besoins en froid et en stockage pour ajuster la capacité des équipements aux besoins réels. Un bilan thermique est important pour éviter le surdimensionnement des équipements. Il permet aussi de calculer la capacité frigorifique nécessaire pour conserver les fruits, éliminer la chaleur de respiration de ces derniers et éviter tout apport thermique.

**

+

€€