Recherche et innovation

Yélo H2 - Une pile à hydrogène pour prolonger l’autonomie d’un bus de mer

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Date de début : Janvier 1
Date de fin : Octobre 2
Année de l’appel à projets : 2021
Programme de la stratégie de Recherche : Production, gestion et stockage de vecteurs énergétiques
Organisme coordinateur : UTBM
Partenaires : MRT
Partenaires : ALTEN
Partenaires : EVE SYSTEM
Partenaires : WH2
Zone d’implantation
des porteurs du projet :
Auvergne-Rhône-Alpes / Rhone / Taluyers
Bourgogne-Franche-Comté / Territoire-De-Belfort / Belfort
Nouvelle-Aquitaine / Charente-Maritime / LA ROCHELLE

Coordonnée par l'Université de Technologie Belfort Montbéliard (UTBM), l'équipe de Yélo H2 conçoit et expérimente une pile à hydrogène. Objectif : accroitre l'autonomie des batteries d'une navette maritime électrique de La Rochelle.

La plupart des navettes maritimes de transport de passagers sont propulsées par énergies fossiles. Pour réduire l’impact de ce type de transport sur l’environnement, certaines compagnies commencent à utiliser des navettes électriques alimentées par batteries. Problème : l'autonomie et les performances sont parfois insuffisantes.

C'est précisément à cette problématique que s'attaquent les chercheurs de Yélo H2. Leur solution ? Une pile à hydrogène destinée à assurer une recharge permanente des batteries afin de prolonger leur autonomie.

Un test d'un an à La Rochelle

Ce système sera testé en conditions réelles pendant un an, sur une navette électrique à panneaux solaires du réseau de transport maritime de passagers Yélo de La Rochelle. Fabriquée par la société ALTEN, cette navette effectue une quinzaine d’allers retours journaliers de 6 km, entre le Vieux-Port de la Rochelle et le port des Minimes, ce qui représente 1 800 heures d’exploitation annuelle.

Mais actuellement, son autonomie insuffisante nécessite un arrêt toutes les heures au Vieux-Port pour un complément de charge en électricité. Avec ce système à pile à hydrogène, l'objectif est de doubler l'autonomie de la navette, en la portant à près de 200 km.

Pour y parvenir, 5 acteurs se partageront les principaux défis à relever :

  • l'UTBM coordonnera le projet et réalisera les études de sureté de fonctionnement du système en milieu salin
  •  Michelin Recherche et Technique fournira la  pile à hydrogène, et les réservoirs d'hydrogène  embarqués
  • ALTEN intégrera ce système hydrogène à sa navette maritime électrique
  • EVE System assurera l’interfaçage électrique batterie/pile à combustible
  • enfin, HP Systems fournira la station de recharge permettant de remplir les réservoirs d’hydrogène.

L'objectif est d'aboutir à une offre commerciale.  Et à terme, il n'est pas exclu de pouvoir totalement substituer les batteries par la pile à hydrogène. Le projet est cofinancé par l'Ademe et le Conseil Régional Nouvelle Aquitaine.

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

19 personnes ont trouvé ce contenu utile