Recherche et innovation

ToxBrake - Evaluation de la toxicité des particules issues des dispositifs de freinage par friction

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Date de début : Janvier 1
Date de fin : Juillet 3
Appel à projets de recherche : IMPACTS - Impacts des interactions entre polluants sur l'homme et son environnement
Année de l’appel à projets : 2021
Programme de la stratégie de Recherche : Gestion durable des sols, sites pollués et stockage du CO2
Programme de la stratégie de Recherche : Préservation et amélioration de la qualité de l'air
Programme de la stratégie de Recherche : Evaluation des impacts environnementaux et sanitaires
Organisme coordinateur : CERTAM
Partenaires : UNIVROUEN - ABTE - Equipe Toxemac
Partenaires : UNIVROUEN - GPM UMR CNRS 6634
Partenaires : CHU ROUEN - LAPC
Zone d’implantation
des porteurs du projet :
Seine-Maritime

Le projet ToxBrake vise à améliorer les connaissances sur la toxicité des particules de dispositifs de freinage dans le domaine des transports. L’utilisation d’un dispositif contrôlé de génération des particules de frein et une approche toxicologique chez le rongeur par instillation intra-nasale va permettre d’obtenir des éléments factuels aux autorités réglementaires.

La pollution particulaire revêt une importance environnementale et sanitaire majeures en accord avec des contraintes sociétales de plus en plus marquées. L’OMS estime qu’environ 58% des décès prématurés liés à la pollution de l’air extérieur résultaient en 2016 de cardiopathies ischémiques et d’accidents vasculaires cérébraux, 18% de bronchopneumopathies chroniques obstructives ou d’infections aiguës des voies respiratoires inférieures, tandis que les 6% restants sont imputables au cancer du poumon.
Dans le secteur du transport, l’amélioration des dispositifs de filtration des particules à l’échappement a contribué à faire émerger l’importance relative des particules hors combustion : particules d’abrasion des revêtements, de pneumatiques et particules de dispositifs de freinage. Ces dernières présentent notamment des concentrations relativement élevées dans les endroits clos tels que les enceintes ferroviaires souterraines comme l’a décrit l’ANSES en 2015. Cette saisine pointe la nécessité de pouvoir fournir aux autorités réglementaires des informations pertinentes quant à la toxicité potentielle de ces particules au regard de leur composition physico-chimique, notamment dans des études chronique ou sub-chronique.

Le projet ToxBrake vise à améliorer les connaissances sur la toxicité des particules de dispositifs de freinage par l’utilisation d’un dispositif contrôlé de génération des particules de frein et une approche toxicologique chez le rongeur par instillation intra-nasale. Cette approche permet de maîtriser l’expologie de l’animal et de déterminer par des études cytopathologiques pulmonaires la distribution particulaire et la survenue de lésions morphologiques.

Ce projet va permettre d’apporter des éléments factuels sur l’impact des aérosols particulaires des dispositifs de freinage afin d’assurer :
- une meilleure pertinence des indicateurs de la qualité d’air
- une meilleure compréhension mécanistique des phénomènes liées à une exposition régulière à ces matériaux complexes
- une réglementation plus fine sur les aérosols particulaires qui, à l’heure actuelle, considère la plupart des aérosols sans effets spécifiques. En effet, seules les silices cristallines, l’amiante, les poussières de plomb et de de bois font l’objet d’une réglementation spécifique.

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

39 personnes ont trouvé ce contenu utile