Recherche et innovation

TACFEP - Limiter les rejets de particules fines des poêles à bois

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Date de début : Janvier 1
Date de fin : Janvier 3
Appel à projets de recherche : BIP - Bioressources, industries et performance
Année de l’appel à projets : 2021
Programme de la stratégie de Recherche : Cadre Bâti , des territoires durables aux bâtiments performants
Programme de la stratégie de Recherche : Ecoconception et écoefficience des systèmes de production
Programme de la stratégie de Recherche : Captage et valorisation du CO2
Programme de la stratégie de Recherche : Caractérisation, mobilisation et valorisation de la biomasse
Programme de la stratégie de Recherche : Préservation et amélioration de la qualité de l'air
Programme de la stratégie de Recherche : Captage et valorisation du CO2
Programme de la stratégie de Recherche : Production, gestion et stockage de vecteurs énergétiques
Programme de la stratégie de Recherche : Caractérisation, mobilisation et valorisation de la biomasse
Programme de la stratégie de Recherche : Préservation et amélioration de la qualité de l'air
Organisme coordinateur : D2i - INVICTA
Partenaires : UHA
Partenaires : CTI
Zone d’implantation
des porteurs du projet :
Grand-Est / Ardennes / Vivier au Court
Grand-Est / Haut-Rhin / Mulhouse
Occitanie / Gard / Salindre

Si les systèmes de chauffage au bois sont de plus en plus perfectionnés, ils émettent encore dans l’atmosphère des particules fines. Le projet TACFEP vise à développer et évaluer les performances d’un filtre adapté qui contiendra les particules polluantes.

Le marché des poêles à bois représente en France 250 000 ventes par an. Environ 70 % de ces appareils sont produits sur le territoire national. Dans ce contexte favorable, et grâce au soutien des pouvoirs publics, les professionnels du secteur notent une évolution de la demande.

Les consommateurs s’orientent vers des appareils de plus en plus performants, munis de systèmes de double combustion. Ces derniers présentent des rendements élevés et surtout, ils limitent les émissions polluantes. Car le chauffage au bois engendre des rejets de particules fines, de monoxyde de carbone (CO) et de composés organiques volatils (COV).

Le projet TACFEP a pour but de réduire encore plus l’émission de ces polluants atmosphériques. Il permettra de développer et d’évaluer un filtre étudié spécifiquement pour être inclus dans les poêles à bois : un mousse céramique filtrante.

Trois partenaires travaillent ensemble sur ce projet :

  • D2I-INVICTA, fonderie spécialisée dans le chauffage au bois. Leader du secteur en France et en Europe, l’entreprise vend 120 000 poêles par an.
  • La société alsacienne CTI, spécialisée dans le second oeuvre qui fabriquera le filtre catalyseur,
  • Le laboratoire de l’université Haute-Alsace, expert en combustion bois.

Le projet s'est articulé en trois étapes. En premier lieu, l’équipe s’est attachée à rechercher les meilleures solutions techniques pour intégrer un prototype filtrant au niveau d’un poêle. Il s’agissait ensuite d’optimiser le matériau filtrant et d’étudier son vieillissement. Cette étape a été effectuée en laboratoire, puis le procédé a été validé en conditions réelles d’utilisation.

Le projet a montré que les mousses céramiques filtrantes non catalysées possèdent une efficacité de filtration des particules qui varient entre 20% et 50% en fonction des conditions de fonctionnement de l’appareil de chauffage.

Munie d’un revêtement catalytique, les mousses filtrantes permettent, en conditions conventionnelles, un abattement de 50 à 60% des composés organiques gazeux. Le projet montre ainsi que la technique de filtration catalysée est compatible avec un usage et des conditions d’installation habituelles pour un appareil de chauffage aux bûches.

Lorsque l’on s’écarte des conditions conventionnelles, une stabilité remarquable des performances du système de traitement a été mis en évidence. Ainsi, en allure « réduite » des réductions d’un facteur 10 des concentrations en particules et en composés organiques dans les fumées ont été mesurées.

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

31 personnes ont trouvé ce contenu utile