Recherche et innovation

SENSI-GASPI - Accompagner les familles dans la lutte contre le gaspillage alimentaire

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Appel à projets de recherche : TEES - Transitions écologiques, économiques et sociales
Année de l’appel à projets : 2018
Programme de la stratégie de Recherche : Energie, Environnement et Société
Organisme coordinateur : UNIMES - CHROME
Partenaires : ENVIRONNONS
Zone d’implantation
des porteurs du projet :
Île-De-France
Occitanie
Hauts-De-France

Le projet SENSI-GASPI est une recherche-action qui étudie le gaspillage alimentaire (GA) sous l’angle de la psychologie sociale et environnementale, afin de comprendre les processus psychosociaux sous-jacents aux comportements

Une problématique contemporaine majeure 

La lutte contre le gaspillage alimentaire est l’une des quatre grandes priorités nationales définies dans le Programme National pour l'Alimentation. Dans ce cadre, cette recherche-action, qui s’inscrit dans le domaine de la psychologie sociale et environnementale, a pour objectif d’identifier les moyens efficaces pour accompagner les familles dans la réduction du gaspillage alimentaire.

En France, le gaspillage alimentaire (GA) représente environ 10 millions de tonnes par an, ce qui équivaut à 18 milliards de repas jetés, soit 15,3 millions de tonnes de COet 16 milliards d’euros gaspillés.

La réduction du GA constitue un axe d’amélioration majeur pour une alimentation durable. La France s’y est engagée, avec l’objectif de diminuer de moitié le GA d’ici 2025.

Le consommateur est un acteur essentiel, puisque le GA représente 29 kg par an et par habitant, dont 7 kg d’aliments encore emballés.

Les objectifs sont les suivants :

  • Étudier les freins et les motivations pour réduire le GA, ainsi que les émotions associées
  • Faire le lien entre alimentation saine, nutrition, équilibre énergétique et réduction du GA
  • Accompagner des familles volontaires pour adopter de nouveaux gestes et réduire leur GA
  • Étudier la pérennité des changements et la transférabilité à d’autres éco-gestes

Une étude basée sur le consommateur

On sait qu’il existe un décalage entre les discours et les actes, décalage d’autant plus important dans le cas du gaspillage alimentaire, ce comportement étant plutôt contre-attitudinal car non conforme aux normes sociales, environnementales ou morales. C’est pourquoi, afin d’aborder le changement comportemental, nous nous baserons sur les paradigmes psychosociaux de l’engagement et de l’implémentation de l’intention. Ces deux approches permettent d’augmenter la probabilité d’adoption du comportement cible, ici la réduction du gaspillage alimentaire.

La méthodologie proposée repose sur une enquête exploratoire par entretiens et questionnaires, suivie d’une enquête approfondie auprès de foyers témoins, incluant des visites à domicile, des observations in situ, des ateliers, ainsi que l’expérimentation de dispositifs d'accompagnement au changement de comportement. Nous utiliserons le modèle transthéorique du changement afin d’évaluer à quel stade du changement se situent initialement ces foyers témoins et quel est, après la phase expérimentale, l’impact des dispositifs mis en place.

En s’intéressant spécifiquement au consommateur final, il s’agira d’identifier les freins au changement de comportement et les leviers susceptibles d’être utilisés pour réduire ce gaspillage, pour enfin tester des actions d'accompagnement au changement. On étudiera spécifiquement les comportements d’achat et de stockage des aliments, de préparation culinaire, de consommation, de gestion des restes et des déchets. D’autres thématiques connexes seront abordées afin de compléter l’analyse : gains économiques, nutrition-santé, réduction de l’impact environnemental du couple « aliment / emballage », etc.*

Enfin, une phase d’évaluation clôturera le projet, portant sur les aspects aussi bien qualitatifs que quantitatif, afin de mesurer les modifications cognitives et comportementales observées chez les foyers témoins.

Résumé du projet en vidéo:

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

55 personnes ont trouvé ce contenu utile