Recherche et innovation

Savouré - Rhinite : phénotypes et association avec la pollution atmosphérique

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Date de début : Janvier 2019
Date de fin : Janvier 2022
Appel à projets de recherche : AAC Thèses - Appel à candidatures Thèses ADEME
Année de l’appel à projets : 2019
Organisme coordinateur : UMR 1168
Partenaires :
Zone d’implantation
des porteurs du projet :
Île-De-France / Val-De-Marne / Villejuif

Cette thèse se propose de mieux comprendre les associations entre l’exposition à long terme à la pollution atmosphérique et la rhinite chez l’adulte. Tout d’abord des phénotypes de la rhinite seront identifiés et décris, puis leur association avec l’exposition à la pollution atmosphérique sera étudiée. Enfin, des mécanismes biologiques par lesquels la pollution atmosphérique pourrait affecter la rhinite seront étudiés.

 


Figure 1 : Contexte du sujet de thèse

La rhinite est l’une des affections médicales les plus courantes, caractérisée par une morbidité importante et un lourd fardeau financier. Les phénotypes de la rhinite correspondent à la classification de la rhinite selon ses caractéristiques cliniques. La prévalence et les caractéristiques de la rhinite et de ses différents phénotypes restent mal connues. La prévalence de la rhinite est considérée comme étant en augmentation, et l’une des explications possibles est l’impact de la pollution atmosphérique. Les associations entre la pollution atmosphérique et les phénotypes de la rhinite ont été très peu étudiés chez les adultes, les mécanismes d’action potentiellement impliqués sont mal connus. De nouvelles études dans de larges populations sont donc nécessaires.

Phénotypes de rhinite dans la cohorte Constances

Constances (http://www.constances.fr/) est une cohorte épidémiologique en population générale qui a inclut plus de 200 000 adultes âgés de 18 à 69 ans entre 2012 et 2019.

Pour identifier et décrire les phénotypes de la rhinite, deux approches seront utilisées.

  • Une approche candidate basée sur les connaissances a priori, permettant d’identifier les phénotypes « classiques » de la rhinite.
  • Une approche non-supervisée conduite à l’aide de méthodes de clustering s’appuyant sur des modèles de mélange pour identifier de « nouveaux » phénotypes de la rhinite.

Pollution atmosphérique et rhinite dans la cohorte Constances

Les associations entre l’exposition à long terme à la pollution atmosphérique et les phénotypes de rhinite identifiés précédemment seront étudiées. L’exposition a` long terme a` la pollution atmosphérique est évaluée individuellement a` l’adresse résidentielle (modèle Land Use Regression). Les différents polluants (particules, carbone suie, dioxyde d’azote) seront étudiés séparément (modèle mono-polluant) puis ensemble (modèle multipolluants).

Étude de mécanismes biologiques impliqués dans l’étude EGEA

L’étude EGEA (étude épidémiologique des facteurs génétiques et environnementaux de l’asthme https://egeanet.vjf.inserm.fr) est une étude multicentrique cas-te´moins et familiale sur l’asthme qui a inclut 2 047 participants (EGEA1, 1991-1995). Au premier suivi (EGEA2, 2003-2007) une trentaine de marqueurs biologiques d’intérêt liés à l’inflammation, aux stress oxydant et nitrosant et à l’allergie ont été dosés dans différents compartiments biologiques. Les concentrations des marqueurs biologiques seront comparées entre différents phénotypes de rhinite précédemment identifiés à EGEA2 (Burte et al. PlosOne 2015). Des endotypes de rhinite seront identifiés à partir des caractéristiques cliniques et des marqueurs biologiques en utilisant des méthodes de classification (modèles de mélange). L’étude des associations entre l’exposition à long terme à la pollution atmosphérique et les endotypes identifiés sera réalisée.

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

62 personnes ont trouvé ce contenu utile