Recherche et innovation

RESILITERRE - Précarité énergétique, résilience des territoires et gouvernance : entre appropriation par les acteurs et représentation par les données

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Date de début : Janvier 2019
Date de fin : Janvier 2021
Appel à projets de recherche : TEES - Transitions écologiques, économiques et sociales
Année de l’appel à projets : 2019
Programme de la stratégie de Recherche : Energie, Environnement et Société
Organisme coordinateur : ENTPE - LAET
Partenaires : AURA-EE
Partenaires : ARMINES - ARMINES (FAYOL)
Partenaires : VIGS - VIGS
Partenaires : VetAgro Sup - UMR Territoires
Zone d’implantation
des porteurs du projet :
Auvergne-Rhône-Alpes

L’objectif du projet RESILITERRE est de comprendre comment les acteurs locaux, publics et privés, s’approprient-ils les questions de précarité énergétique induites par le logement et la mobilité quotidienne, et quelles actions collectives mettent-ils en œuvre dans un contexte a priori transversal et multisectoriel. Aussi, le projet s’intéressera à savoir quelles préconisations peuvent en être tirées pour aider à une meilleure intégration de cette question dans les politiques publiques territoriales.

Prise de conscience sociale et politique de la précarité énergétique

Depuis les années 2000, la hausse des prix de l’énergie a favorisé une prise de conscience de la dimension sociale de la transition énergétique et le mouvement des gilets jaunes rappelle aujourd’hui l’actualité de la question et les enjeux politiques et sociaux qu’elle représente. D’un point de vue opérationnel, de nombreuses réflexions ont été menées pour outiller les acteurs des territoires depuis la loi Grenelle 2 de 2010 qui fournit une première définition de la précarité énergétique au sein du logement.

Par ailleurs, de nombreux travaux ont été réalisés pour mieux comprendre et représenter la précarité et la vulnérabilité énergétique intégrant logement et mobilité, leurs conséquences pour les ménages, les actions qui peuvent être mises en œuvre ou le repérage des territoires les plus concernés. Par contre, il existe beaucoup moins de recherches concernant la gouvernance autour de cette question.

Un projet au service des acteurs territoriaux

Pour répondre à ces enjeux, le projet se déploie sur trois axes.

  • Le premier s’intéresse au développement et à la mise à disposition d’une base de données et d’indicateurs répondant aux besoins exprimés par les acteurs en la matière ;
  • Le second porte sur une investigation qualitative à partir d’entretiens semi directifs pour analyser la manière dont la précarité énergétique logement et mobilité est abordée par les acteurs des territoires ;
  • Le troisième, enfin, s’appuie sur les 3 écoles d’ingénieurs impliquées (Mines Saint Etienne, VetAgro Sup et ENTPE) pour développer des actions de formation par la recherche et sensibiliser de futurs cadres territoriaux aux enjeux de la précarité énergétique.

Enfin, trois territoires couvrant le monde urbain (quartier Montreynaud, Saint Etienne Métropole), les villes moyennes (Roanne Agglomération) et les territoires ruraux (Communauté de Communes d’Ambert), serviront de support pour réaliser les explorations tant qualitatives que quantitatives du projet.

Plusieurs canaux sont prévus pour faciliter un dialogue entre chercheurs et acteurs :

  • Présentations des travaux au sein de nos propres réseaux praticiens : ONPE, agences de l’énergie, réseau TEPOS (AURA-EE) ; les écoles d’ingénieurs impliquées ouvrent sur le RST du MTES et le Réseau Rural Français et le Réseau des Territoires Leader ;
  • Organisation d’un séminaire final de restitution des travaux et d’échanges ;
  • Site internet pour présenter les avancées du projet.

Des liens actifs sont installés avec la Chaire HOPE, qui nous soutiendra dans la diffusion de nos résultats.

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

42 personnes ont trouvé ce contenu utile