Recherche et innovation

Nano-IDENT - Mesurer les nano-objets (NOAA) qu’émettent les sites industriels

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Date de début : Janvier 1
Date de fin : Janvier 4
Appel à projets de recherche : CORTEA - Connaissances, réduction à la source et traitement des émissions de polluants dans l'air
Année de l’appel à projets : 2021
Programme de la stratégie de Recherche : Ecoconception et écoefficience des systèmes de production
Programme de la stratégie de Recherche : Préservation et amélioration de la qualité de l'air
Organisme coordinateur : Olivier AGUERRE-CHAR
Partenaires : Rose Jérôme
Partenaires : Gaetana QUARANTA
Partenaires : Christophe ZING
Zone d’implantation
des porteurs du projet :
Hauts-De-France / Oise / Verneuil en Halatte

Le projet de recherche Nano-IDENT développera une méthodologie permettant de mesurer, mais aussi d’analyser les substances à l’état nanoparticulaire que les sites industriels rejettent dans l’air et dans l’eau. Il permettra donc de mieux comprendre l’impact de ces rejets sur l’environnement en général et la population en particulier.

 

Les nanotechnologies ont investi de nombreux champs d’application. Aujourd’hui, elles sont aussi bien présentes dans les médicaments, que dans l’électronique, les cosmétiques, l’optique et des matériaux techniques variés. Cette omniprésence fait craindre, tant pour la population que pour les écosystèmes, un risque sanitaire lié à des expositions soutenues.

Les dangers de ces substances étant pour l’heure peu connus, il faut d'ores et déjà assurer la traçabilité de ces expositions. Un décret paru en 2012 (1) permet de rassembler les informations relatives aux volumes de production, aux usages et à la filière de distribution des nanomatériaux ; il répond donc en partie à cet objectif de traçabilité.

 

Un sujet encore peu étudié

Néanmoins, aucune disposition règlementaire ne permet pour l’heure d’identifier, voire de quantifier des Nano-Objets, leurs Agre´gats et/ou leurs Agglome´rats (NOAA) sur les sites de production et, plus précisément, sur leurs émetteurs de rejets aériens ou aqueux. Par ailleurs, les études menées afin de caractériser l'empreinte environnementale des sites de production directement dans les milieux environnementaux restent à ce jour extrêmement rares. A titre d’exemple, on peut citer les deux campagnes de mesure de l’INERIS conduites en 2013 et 2014 et à l’occasion desquelles l’Institut a testé des techniques éprouvées ou innovantes de prélèvement et de caractérisation des NOAA dans les compartiments air et eau.

 

Mesurer les NOAA issus de sites industriels

Le projet de recherche Nano-IDENT entend réitérer ce type de campagnes de mesure en y adjoignant la mesure directe des NOAA sur les émetteurs de rejets aériens et aqueux de sites industriels. Il a pour objectif d’établir un lien plus direct entre la nature et la quantité des NOAA émises et leurs résidus dans l’environnement ; cette étude tiendra compte des mécanismes de transformation qui peuvent survenir (réactions chimiques, agrégations, complexation, etc.)

 

Proposer une méthodes de prélèvement et d'analyse des NOAA

Au total, trois campagnes de mesure seront menées chez un producteur de dioxyde de titane nanoparticulaire. Elles se dérouleront en différentes saisons et prendront en compte les aspects météorologiques (comme la dispersion des panaches ou les effets saisonniers, par exemple.) Chacune d’elles bénéficiera des enseignements de la précédente. Au terme de ces mesures, un jeu de méthodes de prélèvement et d'analyse pouvant être appliqués sur site industriel sera produit.

 

(1) Décret n° 2012-232 du 17 février 2012 relatif à la déclaration annuelle des Nano-Objets, de leurs Agre´gats et/ou de leurs Agglome´rats (NOAA).

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

62 personnes ont trouvé ce contenu utile