Recherche et innovation

Myriades - Une façon intelligente et évolutive de produire de l’eau chaude dans

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Date de début : Janvier 1
Date de fin : Octobre 3
Année de l’appel à projets : 2021
Programme de la stratégie de Recherche : Cadre Bâti , des territoires durables aux bâtiments performants
Programme de la stratégie de Recherche : Ecoconception et écoefficience des systèmes de production
Programme de la stratégie de Recherche : Energie, Environnement et Société
Organisme coordinateur : FRANCE AIR
Partenaires : BIOFLUIDES
Partenaires : TE
Partenaires : PRESTIM
Partenaires : CEA - LITEN
Zone d’implantation
des porteurs du projet :
Auvergne-Rhône-Alpes / Ain / Beynost

Sur la base d’un brevet de France Air, coordinateur, ce projet vise à gérer la production d’eau chaude pour le chauffage et/ou l’eau chaude sanitaire à partir de chaleur récupérée dans l’air extrait du bâtiment et dans ses eaux usées. Neuf, rénovation, résidentiel, tertiaire... tous les types de logements sont envisagés.

La consommation énergétique liée à la production d’eau chaude dans le bâtiment est importante. D’où l’intérêt de tirer parti des gisements d’énergies produits in situ, non exploitées jusque-là, que ce soit l’air extrait du bâtiment ou les eaux usées (eaux grises, une part importante et stable de source de chaleur).

Un système thermique multi-sources et multi-usages

Au-delà, c’est bel et bien une gestion intelligente et prédictive de cette énergie qui est en ligne de mire. Une gestion optimisée, grâce notamment à une solution de stockage, en fonction de la disponibilité des gisements et des besoins de chauffage ou d’eau chaude sanitaire (ECS), instantanés ou à venir. Concrètement, l’énergie thermique peut être récupérée à tout instant pour être stockée. Elle peut ensuite être utilisée au gré des besoins.

Le tout de façon modulaire, ce qui permet une intégration facile tant sur le marché du neuf que de la rénovation. De fait, le système de base peut aisément évoluer en fonction des avancées technologiques (passer d’une PAC traditionnelle à une PAC au CO2) ou des tarifs. De même, il pourra comporter un ou plusieurs captages d’énergie (par exemple solaire), installés ensemble ou au fil des exigences environnementales et des coûts d’exploitation.

Baptisé Myriade®, le système repose sur l’exploitation d’une première solution de récupération d’énergie, à partir d’air extrait. Brevetée par France Air, spécialisée en aéraulique, il elle permet de produire de l’eau chaude pour tout type de bâtiments : l’installation comporte un dispositif d’extraction d’air intérieur, un échangeur de chaleur, une pompe à chaleur (PAC) et un ballon de stockage d’énergie.

Très faible consommation d’énergie si possible renouvelable

Les différentes étapes du projet mené par France Air et ses partenaires (Boulle : promoteur/constructeur, Prestim : BE conception et analyse du cycle de vie, Tribu Energie : Titre V opération, Biofluides : échangeur sur eaux grises et le CEA Liten ) consistent à :

  • Optimiser les performances (analyser les gisements potentiels d’énergie, optimiser leur transfert, dimensionner les briques fonctionnelles et modéliser le comportement thermique sur un bâtiment démonstrateur) ;
  • Tester les différentes configurations du prototype sur un banc d’essai semi-virtuel (comme s’il était installé dans un bâtiment réel pour étudier le fonctionnement de chacun de ses circuits (solaire, air extrait, eaux grises, ECS, chauffage) selon des scénarii réalistes mais complètement contrôlés) ;
  • Optimiser le contrôle et la régulation selon les variantes de fonctionnement ;
  • Coupler le système Myriade avec les eaux grises ;
  • Construire un bâtiment collectif de 40 à 50 logements visant le label BEPOS (Bâtiment à énergie positive) grâce à des technologies de récupération de chaleur couvrant l’ECS et le chauffage;
  • Vérifier la conformité avec le label BEPOS ;
  • Estimer la pertinence du système sur le marché tertiaire, notamment sur les bâtiments avec des besoins d’eau chaude sanitaire.

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

16 personnes ont trouvé ce contenu utile