Recherche et innovation

MISS - Un outil pour définir les meilleures conditions d’une dépollution des nappes souterraines par les microorganismes

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Date de début : Janvier 1
Date de fin : Janvier 4
Appel à projets de recherche : Gesipol - Gestion intégrée des sites et sols pollués : aide à la recherche et au développement
Année de l’appel à projets : 2021
Programme de la stratégie de Recherche : Gestion durable des sols, sites pollués et stockage du CO2
Organisme coordinateur : Tauw France
Partenaires : ENOVEO
Partenaires : CENTRALE LYON
Zone d’implantation
des porteurs du projet :
Rhone
Cote-D'or

La dépollution des sols et des nappes souterraines d’un site industriel peut se faire dans certain cas in situ grâce à l’action de microorganismes naturellement présents dans les sols.

Le projet MISS développe un dispositif qui permet de connaître in situ le potentiel de l’activité biologique de dépollution ainsi que les conditions optimales de sa stimulation.

Polluants organiques, hydrocarbures pétroliers, solvants chlorés… lorsque ces produits se retrouvent dans les sols, ils peuvent aller jusqu’à polluer la nappe d’eau souterraine. Une des façons de les éliminer consiste à utiliser la capacité des microorganismes déjà présents dans le milieu à les dégrader. Cependant, cette méthode de dépollution biologique requiert, pour chaque site, une évaluation précise des mécanismes de dégradation par voie biologique et de déterminer le type d’amendement le plus performant pour stimuler l’activité de ces microorganismes.

Tester les formulations d’amendements in situ

Le projet MISS développe un dispositif qui permettra d’effectuer à coût réduit et avec plus de fiabilité, des essais sur site permettant de déterminer le potentiel de dépollution du site par biodégradation (naturelle ou stimulée par des injections d’amendements organiques). Il est coordonné par TAUW France - entreprise d’ingénierie de l’environnement - en partenariat avec ENOVEO, une start-up leader dans l’utilisation des analyses de biologie moléculaire appliquées aux sites et sols pollués et dans le développement de biotechnologies appliquées à l’environnement (biocapteurs et échantillonneurs microbiens), ainsi que l’équipe de recherche Génomique Microbienne Environnementale de l’Ecole Centrale de Lyon. Après des essais en laboratoire, ce dispositif innovant sera testé sur un site industriel confronté à une pollution de la nappe par des solvants chlorés du fait des activités passées et situé en région Bourgogne-Franche-Comté. Le dispositif se compose de trois modules équipés d’échantillonneurs passifs qui permettent de mesurer différents paramètres de stimulation de l’activité des microorganismes et de prélever des échantillons (eau, microorganismes). L’analyse de la quantité et de la diversité des populations bactériennes, les mesures de concentrations en polluants, en ion et en carbone organique dissous s’effectueront ensuite en laboratoire.

Dégrader tout type de polluant organique

Une fois opérationnel, ces outils seront mis en œuvre dans des piézomètres – équipement d’accès à la nappe d’eau souterraine - répartis sur un site pollué donné. Le système évaluera le potentiel de biodégradation de la pollution présente dans les sols, en estimera la rapidité et déterminera la formulation de l’amendement idéal pour le traitement à mettre en place.

Les polluants visés par le projet MISS sont les solvants chlorés, et plus spécifiquement les chloroéthènes, en raison de leur occurrence élevée sur les sites pollués, de leur persistance, des ressources en eaux souterraines qu’ils polluent et de la complexité de leur élimination. Cependant, il pourra être mis en œuvre pour d’autres polluants organiques. Il permettra de promouvoir les méthodes de dépollution sur site par voie biologique.

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

35 personnes ont trouvé ce contenu utile