Recherche et innovation

GREEN COW - Mesurer et réduire les rejets de méthane des élevages bovins par individu

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Date de début : Janvier 1
Date de fin : Janvier 4
Appel à projets de recherche : REACCTIF - REcherche sur l'Atténuation du Changement ClimaTique par l'agrIculture et la Forêt
Année de l’appel à projets : 2021
Programme de la stratégie de Recherche : Production, gestion et stockage de vecteurs énergétiques
Programme de la stratégie de Recherche : Gestion durable des sols, sites pollués et stockage du CO2
Programme de la stratégie de Recherche : Energie, Environnement et Société
Organisme coordinateur : AGRIAL
Partenaires : INRA
Zone d’implantation
des porteurs du projet :
Île-De-France / Yvelines / Jouy en Josas
Orne
Normandie / Calvados / caen

Le projet Green Cow vise à lutter contre le changement climatique en étudiant les moyens d’améliorer le bilan carbone des élevages bovins allaitants et laitiers. Une étude détaillée qui permettra de mieux conseiller les éleveurs bovins et d’encourager les comportements visant à réduire l’impact carbone de leur cheptel.

L'Europe s'est engagée à réduire de 20 % ses émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2020 par rapport aux niveaux de 1990. Parmi ces gaz, le méthane. Sa durée de vie dans l’atmosphère étant relativement courte, une réduction de ses émissions pourrait rapidement avoir des répercussions appréciables sur l’effet de serre. Or, les rejets de méthane provenant de l'agriculture sont évalués à 73 % des émissions totales. Sur une exploitation bovine allaitante ou laitière, 45 % des émissions de gaz à effet de serre est issu de la fermentation entérique, c’est-à-dire de la digestion des bovins.

Il existe une variabilité importante d’émissions de méthane entre bovins. Le projet GREENCOW vise ainsi à préciser la valeur moyenne de ces émissions par type d’animal. Pour mener à bien l'ensemble des travaux, un partenariat solide est établi entre l'Institut de recherche en agronomie (INRA) et AGRIAL, groupe coopératif agricole et agroalimentaire.

Mesurer l’émission de méthane par vache

Sur le terrain, le projet se déroule sur l’unité expérimentale INRA du Pin-Au-Haras, dans l’Orne, et se divise en deux axes. Le premier porte sur des génisses de renouvellement de l’élevage allaitant : l’équipe quantifie leur efficacité alimentaire - c’est-à-dire la capacité d’ingestion, la capacité digestive, l’efficacité métabolique et la régulation thermique. Elle la compare ensuite à leurs émissions de méthane entérique, grâce à la technologie Greenfeed™. Ce système intègre une auge et permet de mesurer le méthane éructé lorsqu’un animal vient s’alimenter.

 

Les données alimenteront deux réseaux, l’un européen, l’autre mondial. En effet, une population de référence de taille suffisante provenant de différents lieux d’expérimentation permettra de déterminer des marqueurs génétiques associés aux différences d’émission de méthane entérique. Cela permettra in fine de sélectionner les génisses les moins émettrices.

Evaluer l’impact des pratiques d’élevage

Le deuxième axe concerne l’élevage laitier : l’équipe cherche à comprendre la cohérence entre le type de vache, la stratégie alimentaire et le système fourrager. L’objectif étant, dans un premier temps, de constituer une base de données sur les rations alimentaires utilisées dans 16 systèmes de production différentes. Il s’agit ensuite de comparer les émissions de méthane et de mesurer l’impact de ces pratiques d’élevage pour chaque système. Les résultats seront intégrés dans les modèles de prédiction pour en améliorer la précision.

Les résultats permettront de mieux conseiller les éleveurs de bovins laitiers. Dans cette optique, une campagne de communication sera effectuée auprès des 12 000 adhérents et 12 000 salariés d’AGRIAL pour encourager les comportements visant à réduire l’impact carbone des productions animales. Si les résultats sur les animaux allaitants sont encourageants, le projet sera étendu dès 2017 au niveau des bovins laitiers avec la mise en place à l’INRA du Pin du phénotypage à haut débit chez les bovins laitiers.

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

32 personnes ont trouvé ce contenu utile