Recherche et innovation

CAPVENT - Evaluer les impacts de la ventilation sur l’humidité dans les bâtiments anciens

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Date de début : Janvier 1
Date de fin : Juillet 3
Année de l’appel à projets : 2021
Programme de la stratégie de Recherche : Cadre Bâti , des territoires durables aux bâtiments performants
Programme de la stratégie de Recherche : Ecoconception et écoefficience des systèmes de production
Programme de la stratégie de Recherche : Energie, Environnement et Société
Organisme coordinateur : CSTB
Partenaires : CEREMA
Partenaires : LOCIE
Partenaires : Aldes
Zone d’implantation
des porteurs du projet :
Auvergne-Rhône-Alpes / Isere / Grenoble

Coordonné par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, CAPVENT évalue l'impact d'un système de ventilation sur les remontées d'eau par capillarité dans les murs des bâtiments anciens.

Dès 2017, le plan de rénovation énergétique de l'habitat prévoit la rénovation de 500 000 logements par an. Parmi eux : une grand part de bâtiments anciens construits avant 1948 souvent touchés par des remontées d'eau par capillarité dans les murs.  Or des études suggèrent que les systèmes de ventilation mécanique contrôlée (VMC) mettent les habitations anciennes en dépression, risquant d'augmenter encore  l'humidité dans leurs murs...

Face à cette problématique, le projet CAPVENT évalue les champs de pression exercés sur les murs de bâtiments anciens par les systèmes de ventilation, et estime l'impact induit en termes de flux d'humidité, mais aussi de chaleur et d'air traversant ces murs. 

Simulations numériques

Pour y parvenir, les chercheurs étudient, par simulation numérique, différentes configurations de bâtiments anciens et de conditions extérieures et intérieures. De quoi déterminer si le phénomène de remontées capillaires dans les parois est accentué, voire même provoqué, par les dépressions engendrées par les systèmes de ventilation mécanique. Le cas échéant, l'équipe de CAPVENT fournira des recommandations pour limiter les risques de remontées capillaires dans les configurations à risque.

Dans la pratique, le projet se déroule en trois grandes étapes :

  • analyse des phénomènes mis en jeu dans les remontées capillaires : typologie des bâtiments concernés, diagnostic avant rénovation, système d’isolation mis en place, zone de vent, etc. ;
  • élaboration du cahier des charges du programme de simulations : caractérisation des matériaux et des interfaces, définition des systèmes de ventilation, choix des configurations, etc. ;
  • évaluation de l’impact de la mise en œuvre du système de ventilation: mise en place de l’environnement de simulations et réalisation du programme de simulations.

Coordonné par le CSTB, le projet CAPVENT implique trois autres partenaires : le CEREMA, le laboratoire LOCIE, et la société ALDES spécialisée en ventilation.

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

17 personnes ont trouvé ce contenu utile