Recherche et innovation

CAPTATUS - Une étude pour comprendre les particules émises par les véhicules routiers hors échappement

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Date de début : Janvier 1
Date de fin : Janvier 4
Appel à projets de recherche : CORTEA - Connaissances, réduction à la source et traitement des émissions de polluants dans l'air
Année de l’appel à projets : 2021
Programme de la stratégie de Recherche : Ecoconception et écoefficience des systèmes de production
Programme de la stratégie de Recherche : Préservation et amélioration de la qualité de l'air
Organisme coordinateur : KHARDI
Partenaires : LPCA
Partenaires : INERIS
Zone d’implantation
des porteurs du projet :
Auvergne-Rhône-Alpes / Rhone / Bron

Le projet de recherche CAPTATUS vise à comprendre les caractéristiques physiques des particules qu’émettent les véhicules routiers hors échappement, autrement dit, celles qui résultent des phénomènes de frottements mécaniques liés à l’usure des freins, des pneus, de la chaussée ou encore de l’embrayage.

En France, les transports routiers sont à l’origine de 14 à 17 % des émissions de particules relevées en milieu urbain (chiffres en 2012). Si les émissions à l’échappement des véhicules routiers sont largement étudiées, les émissions hors échappement – autrement dit, celles qui résultent des phénomènes de frottements mécaniques liés à l’usure de la chaussée, des pneus, de l’embrayage et des freins – ne font elles l’objet d’aucune recherche. Pourtant, ces émissions hors échappement contribuent autant, voire plus pour les véhicules récents, à la dégradation de la qualité de l’air en milieu urbain.

Comprendre les caractéristiques de ces particules

Le projet de recherche CAPTATUS vise précisément à comprendre les caractéristiques physiques des particules qu’émettent les véhicules routiers hors échappement. Il étudie également leur évolution en champs proche (sur une dizaine de mètres) en vue d’améliorer les connaissances scientifiques sur le sujet pour, à terme, réduire ce type de particules.

Mener trois axes de recherche complémentaires

Pour appréhender le sujet dans toute sa complexité, des travaux seront menés selon trois axes complémentaires : ils débuteront en laboratoires d’essais où les paramètres du véhicule, mais aussi ceux de l’environnement seront contrôlés. Il s’agira ici de quantifier et caractériser les propriétés physiques des particules émises hors échappement par l’usure et l’abrasion des freins, de l’embrayage, des organes du moteur, mais aussi de l’abrasion des pneus et de la chaussée.

Des mesures et des analyses des émissions hors échappement seront également effectuées sur une piste d’essais, c’est-à-dire dans un environnement qui n’est cette fois plus tout à fait « contrôlé », et donc plus proche des conditions réelles du trafic routier. Les résultats obtenus ici seront ensuite comparées aux données issues des tests en laboratoire. Enfin, des expérimentations seront menées au bord de la route afin d’observer et comprendre le comportement de ces particules en champ proche. Dans la mesure où elles impactent considérablement la remise en suspension des particules émises, les caractéristiques du revêtement routier seront bien sûr prises en considération dans cette partie du projet.

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

40 personnes ont trouvé ce contenu utile