Recherche et innovation

CAPACCITA - Diffusion des pratiques agroécologiques dans les groupes coopératifs d’agriculteurs

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Date de début : Janvier 1
Date de fin : Janvier 4
Appel à projets de recherche : REACCTIF - REcherche sur l'Atténuation du Changement ClimaTique par l'agrIculture et la Forêt
Année de l’appel à projets : 2021
Programme de la stratégie de Recherche : Production, gestion et stockage de vecteurs énergétiques
Programme de la stratégie de Recherche : Gestion durable des sols, sites pollués et stockage du CO2
Programme de la stratégie de Recherche : Energie, Environnement et Société
Organisme coordinateur : FNCUMA
Partenaires : INRA
Zone d’implantation
des porteurs du projet :
Ain
Aube
Landes
Tarn
Ce projet vise à comprendre et développer les innovations collectives au sein du réseau des Coopératives d'utilisation de matériel agricole en termes de pratiques agroécologiques et permettant d’atténuer les émissions de gaz à effet de serre.

Les Coopératives d'utilisation de matériel agricole (CUMA) sont des regroupements d’agriculteurs qui permettent un partage des ressources matérielles et humaines. La France en compte 11 250, et quasiment une exploitation sur deux en fait partie. Le réseau des CUMA observe que des agriculteurs des CUMA sont principalement guidés par la recherche d’une plus grande autonomie vis-à-vis des intrants, des marchés et des opérateurs agricoles. Ils développent pour cela une multiplicité de coopérations avec leurs pairs : autant de leviers pour faire émerger de nouvelles pratiques agro-écologiques.

Le projet CAPACCITA s’est donné pour objectif l’étude approfondie de cinq groupes d’agriculteurs en Cuma engagés dans ces évolutions de pratiques : dans l’Ain, le Pays Basque, le Tarn, l'Indre-et-Loire et l’Aube. Les terrains d’étude ciblés mêlent trois pratiques en particulier : la diminution du travail du sol, l’intégration de cultures intermédiaires et l‘introduction de légumineuses fourragères dans les cultures. La combinaison des deux premières pratiques peut conduire à réduire la consommation de carburant et à augmenter le stockage de carbone dans le sol.  La dernière peut notamment permettre de diminuer l’apport d’azote de synthèse.

Comprendre la mutation des pratiques et évaluer ses potentialités

Le projet, qui s’appuie sur un partenariat engagé depuis quatre ans entre la Fédération nationale des CUMA et l'unité mixte de recherche Innovation de l'INRA de Montpellier, est un travail pluridisciplinaire alliant deux approches : agronomie et sociologie.

Le volet agronomique porte sur les processus de changement technique, leur caractère durable et structurant au regard de la transition agro-écologique, ainsi que sur leurs effets atténuants pour le changement climatique. Quant au volet sociologique, il porte sur la recherche d'autonomie, les motivations qui amènent les agriculteurs à initier des changements de pratiques et sur le phénomène de recomposition des coopérations sur lesquelles ils s’appuient pour avancer. L’intégration interdisciplinaire doit permettre de comprendre et d’évaluer ces itinéraires de changement et d’identifier des leviers pour accompagner le développement de ces innovations collectives.

Diffuser les bonnes pratiques

Outre deux publications scientifiques et un mémoire de thèse, présentant les résultats des travaux, un guide pratique à destination des acteurs professionnels de l’agriculture sera édité et diffusé. Il formalisera des préconisations pour l’accompagnement de ces innovations collectives. Un atelier scientifique et une journée de restitution avec les partenaires professionnels seront également organisés.

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

33 personnes ont trouvé ce contenu utile