Recherche et innovation

CAP-BIOTER - L'écologie territoriale appliquée à des réserves de biosphère pour améliorer la gestion de la biomasse

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Date de début : Janvier 1
Date de fin : Janvier 4
Appel à projets de recherche : REACCTIF - REcherche sur l'Atténuation du Changement ClimaTique par l'agrIculture et la Forêt
Année de l’appel à projets : 2021
Programme de la stratégie de Recherche : Production, gestion et stockage de vecteurs énergétiques
Programme de la stratégie de Recherche : Gestion durable des sols, sites pollués et stockage du CO2
Programme de la stratégie de Recherche : Energie, Environnement et Société
Organisme coordinateur : UJF- IEP- CNRS
Partenaires : CNRS-P1-P7-P8-P10
Partenaires : CNRS-DR13
Partenaires : RBFG
Partenaires : Pnrl
Partenaires : MAB France
Zone d’implantation
des porteurs du projet :
Auvergne-Rhône-Alpes / Isere / Grenoble
Paris
Occitanie / Haute-Garonne / Castanet-Tolosan
Occitanie / Herault / Montpellier
Occitanie / Lozere / Florac
Provence-Alpes-Côte-D'azur / Vaucluse / Pertuis

Trois réserves de biosphère françaises sont passées au crible des méthodes de l’écologie territoriale. Au programme : état des lieux, modélisations et recommandations pour un meilleur appui aux acteurs locaux dans la formulation de leurs stratégies territoriales.

L'Unesco a désigné 14 sites français comme réserves de biosphère. Plus restreintes que les parcs naturels, ces espaces sont protégés. Mais au-delà de la protection de l’environnement, ce sont également des laboratoires de recherche. Sur ces zones, des études de terrain questionnent, à une échelle locale, les rapports entre la préservation du patrimoine écologique, le développement des sociétés humaines et l’utilisation des ressources.

Le projet CAP-BIOTER, coordonné par l’Institut d'Etudes Politiques de Grenoble, se penche sur la question avec les méthodes de l'écologie territoriale. Ce concept vise une gestion optimale des matières et de l’énergie à l’échelle d’un territoire à partir de l’analyse et le prise en compte des enjeux environnementaux. Cela permet d’encourager les échanges entre les acteurs économiques et de favoriser le développement économique local.

Il s’agit ainsi, dans ce projet, d’accompagner les territoires pour les aider à définir une gestion optimisée de leurs ressources en biomasse, notamment à des fins énergétiques. L’objectif est de répondre à deux interrogations :

  • Comment les acteurs d’un territoire s’approprient-ils leurs ressources en biomasse ?
  • Quelle stratégie collective de valorisation de cette biomasse souhaitent-ils mettre en œuvre ?

L’équipe de recherche pluridisciplinaire, associée à des acteurs de terrain, se focalise sur trois réserves de biosphère : le massif montagneux du Luberon, le parc national des Cévennes et la forêt de Fontainebleau.

Interroger les territoires

Sur chaque territoire, une même méthodologie est appliquée. Tout d’abord, la collecte des données et la conduite d’entretiens permet de recueillir l'expertise locale. Parmi les points abordés : la diversité et la qualité de la biomasse, les freins à sa mobilisation, la diversité des usages et la place de la biomasse dans le système territorial. L’équipe cherche à comprendre le positionnement des acteurs face à cette ressource ainsi que les interactions entre biomasse, biodiversité, paysage ­­et développement économique. Le fonctionnement des systèmes territoriaux sera ensuite modélisé et complété par l'analyse des jeux d'acteurs et des controverses autour des projets de mobilisation de la biomasse.

Modéliser pour se projeter sur l’avenir

­­­­Objectif de cette modélisation : formuler différents scénarios quant à l'évolution de la mobilisation de la biomasse. Ces scénarios sont ensuite comparés entre eux afin de faire émerger les éléments clés, à savoir les enjeux et les différentes stratégies de mobilisation. L'analyse de la capacité des acteurs locaux à se saisir de leurs ressources naturelles et sociales permettra de formuler des recommandations de stratégie territoriale et un guide méthodologique à destination des décideurs locaux. Outre la consolidation des outils d’écologie territoriale, le projet permet de concevoir une approche qui pourra ensuite être appliquée à d’autres territoires.

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

41 personnes ont trouvé ce contenu utile