Recherche et innovation

CAFRAGES - Améliorer le diagnostic des sols pollués

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Date de début : Janvier 1
Date de fin : Janvier 3
Appel à projets de recherche : Gesipol - Gestion intégrée des sites et sols pollués : aide à la recherche et au développement
Année de l’appel à projets : 2021
Programme de la stratégie de Recherche : Captage et valorisation du CO2
Programme de la stratégie de Recherche : Gestion durable des sols, sites pollués et stockage du CO2
Organisme coordinateur : ICF Environnement
Partenaires : BRGM
Partenaires : WESSLING

Actuellement, l’analyse d’un site pollué s’effectue à partir d’échantillons qui ne prennent pas en compte les particules de plus de deux millimètres de diamètre. Le projet CAFRAGES vise à mettre en place un protocole de diagnostic plus représentatif de la qualité chimique réelle des matériaux constitutifs du sol et du sous-sol.

Le diagnostic des sites et sols pollués est réalisé à partir de prélèvements qui donnent une image ponctuelle de la qualité des matériaux. Ensuite, par extrapolation, les résultats d’analyse obtenus sur ces échantillons permettent de représenter la qualité du sol et du sous-sol sur une surface donnée, en 2D ou 3D. Les diagnostics ne s'intéressent que très rarement aux fractions plus grossières, que l'on trouve dans les sols naturels, mais également dans les remblais anthropiques (morceaux de briques, bétons, scories), très présents dans les zones urbaines.

De nombreux matériaux écartés des analyses

Lors de l’analyse chimique, les grains les plus gros (supérieurs à deux millimètres) sont écartés pour ne garder que la fraction la plus fine de l’échantillon. De fait, selon le postulat communément admis, la majorité des polluants se situent sur cette fraction fine. Cependant, ni la proportion que cette fraction fine représente, ni ses spécificités comportementales par rapport à un polluant donné ne sont prises en compte. De plus, certains matériaux sont écartés, par exemple les morceaux de bétons ou de briques, très présents dans les remblais urbains et dont la porosité est susceptible d’accueillir une part importante des polluants.

Porté par le bureau d’étude ICF Environnement, filiale d’Antea Group, et accompagné du BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) et du laboratoire d’analyse WESSLING, le projet CAFRAGES développe un protocole d'échantillonnage et d’analyse plus représentatif de la qualité chimique des matériaux constitutifs du sol et du sous-sol. Il sera utilisable par les bureaux d’études, les entreprises de travaux et les laboratoires d’analyses. Parmi les composés étudiés, les hydrocarbures totaux, les HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques), les PCB (Poly Chloro Biphenyls) et les éléments traces métalliques (arsenic, cadmium, chrome, cuivre, mercure, nickel, plomb, zinc). Comme les polluants organiques volatils font l’objet d’un mode d’échantillonnage différent, les essais les concernant seront réalisés avec ajout d’un stabilisant chimique.

Optimiser la dépollution des matériaux

Le projet sera également l’occasion de vérifier que la proportion de polluants dans les fractions grossières est effectivement inférieure à celle mesurée dans les fractions fines. Si c’est bien le cas, il sera possible à l’avenir, en toute connaissance de cause, de concentrer les efforts de dépollution sur une part minoritaire des matériaux (particules fines < 250 µm par exemple), et d’optimiser la réutilisation potentielle sur site des fractions grossières au lieu de les évacuer en totalité en centre de stockage.

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

31 personnes ont trouvé ce contenu utile