Recherche et innovation

BOAT - Gestion des valorisations des biomasses d'origine agricole sur les territoires

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Date de début : Janvier 1
Date de fin : Janvier 4
Appel à projets de recherche : GRAINE - Gérer, produire et valoriser les biomasses : une bioéconomie au service de la transition écologique et énergétique
Année de l’appel à projets : 2021
Programme de la stratégie de Recherche : Déchets et matière, collecte, tri, recyclage et valorisation
Programme de la stratégie de Recherche : Production durable des matières agricoles et forestières
Programme de la stratégie de Recherche : Caractérisation, mobilisation et valorisation de la biomasse
Programme de la stratégie de Recherche : Gestion durable des sols, sites pollués et stockage du CO2
Organisme coordinateur : AgroParisTech - UMR SADAPT
Partenaires : IRSTEA - DTM
Partenaires : UTT - CREIDD
Partenaires : UGA - PACTE
Zone d’implantation
des porteurs du projet :
Auvergne-Rhône-Alpes / Drome
Auvergne-Rhône-Alpes / Isere
Aube
Paris

Le projet BOAT part du postulat qu’une meilleure compréhension des enjeux relatifs à la biomasse d’origine agricole (BOA) est possible au travers d’une approche territoriale et la conception d’outils méthodologiques adaptés à une approche systémique intégrée.

Dans le cadre de la transition écologique et énergétique des systèmes de productions agricoles et étant donné le contexte de changement global, la problématique des dynamiques des ressources utilisées, valorisées et/ou issues du monde agricole est une question clé à instruire.
En s’intéressant à la gestion et la valorisation de la biomasse d’origine agricole (BOA), le projet de recherche BOAT s’empare d’un enjeu d’action publique majeur, faisant l’objet actuellement de plusieurs stratégies nationales, et nécessitant des déclinaisons territoriales. Il s’agit également d’un objet de recherche à la croisée des disciplines.

Dans le projet Boat, nous entendons par BOA l’ensemble de la biomasse produite, végétale comme animale, au niveau des exploitations agricoles ainsi que les produits issus de cette biomasse, sous-produits, co-produits, résidus, au niveau des exploitations et des entreprises de premières transformations (laiteries, abattoirs, sucreries, entreprises de collecte céréalières, …), quels que soient ses usages.
Cet enchâssement du système socio-économique et de l’agroécosystème qui soutient l’existence de la BOA, appelle en retour un développement d’approches systémiques intégrées. Il s’agit là tout à la fois :
-    D’une nécessité prospective, afin de guider l’effort de planification politique dans un effort de transition et dans un contexte raréfaction des ressources naturelles,
-    et d’une nécessité scientifique afin d’appréhender et de comprendre la nature et les modalités de gestion et de valorisation de la  BOA.
Plus encore, le projet BOAT s’écarte des échelles nationales ou régionales pour leur préférer l’échelle territoriale, mieux à même de rendre compte du poids de l’ancrage géographique des agroécosystèmes et plus proche des communautés d’acteurs qui gèrent et valorisent la BOA.

Les domaines scientifiques concernés sont ceux de l’écologie territoriale, de l’évaluation environnementale et économique, des sciences agronomiques.
Le projet se base sur trois tâches de recherche :
- la caractérisation des BOA et filières associées,
- la mesure des empreintes énergétiques, environnementales et socio-économiques,
- la prospective territoriale, en co-construction avec les acteurs des terrains étudiés,

Ces tâches feront appel à la fois à des approches biophysiques et socio-économiques, et à des approches quantitatives et qualitatives. Ainsi à côté de représentations des flux par des méthodes de type métabolisme territorial, une présentation des réseaux d’acteurs impliqués sera construite, les deux réseaux de flux et d’acteurs étant analysés conjointement. A titre d’exemple, il s’agira de porter des regards circonstanciés sur les données quantitatives à l’aune des réseaux d’acteurs gérant les données concernées.
La méthodologie sera mise en œuvre sur deux territoires infra-départementaux. Pour ce faire, l’équipe de recherche bénéficie du soutien de deux territoires candidats à la réalisation d’études de cas, la « Vallée de la Drôme » et l’« Aube rural sans les vignes et les plantations pérennes ». Les deux territoires ont l’avantage d’être marqués par des contrastes, le second étant particulièrement concurrentiel et orienté sur quelques filières spécialisées et ouvertes à l’exportation, le premier présentant une économie moins concurrentielle, plus diversifiée sur ses filières et débouchés.

L’originalité du projet BOAT repose sur l’ambition de développer des outils et méthodes permettant de donner corps à une approche, combinant un suivi des flux de matière et d’énergie au suivi de flux économiques, associant les jeux d’acteurs aux modalités de gestion et de valorisation de la BOA, observant l’organisation des filières et de leurs relations, et le tout en évaluant les externalités tant énergétique, qu’environnementale ou économique.

Néanmoins, de nombreux choix de simplification, en interaction entre les acteurs de terrains et le groupe de chercheurs, devront être faits pour atteindre une certaine opérationnalité. Ils visent également à accompagner les acteurs des deux territoires pour penser le devenir de la production et des usages de la BOA, et construire des perspectives durables, via une prospective territoriale. Cette dernière est basée sur le diagnostic (réalisé à l’aide des différents outils mis au point dans le projet), et sa mise en discussion localement, ainsi que sur une lecture des projets territoriaux ou des filières en présence relatifs à la BOA. BOAT aboutira au développement d'outils et de méthodes qui permettront aux acteurs de territoires de s’engager sur des réflexions à vocations opérationnelles concernant la gestion des BOA pour une durabilité réaffirmée de leurs territoires.

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

28 personnes ont trouvé ce contenu utile