Recherche et innovation

BATICOV - Mesures constructives vis-à-vis des pollutions volatiles du sol, de la programmation à l’exploitation des bâtiments

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Appel à projets de recherche : Gesipol - Gestion intégrée des sites et sols pollués : aide à la recherche et au développement
Année de l’appel à projets : 2015
Programme de la stratégie de Recherche : Captage et valorisation du CO2
Programme de la stratégie de Recherche : Gestion durable des sols, sites pollués et stockage du CO2
Organisme coordinateur : BURGEAP
Partenaires : INERIS
Partenaires : CSTB
Partenaires : Cabinet Brun Cessac
Partenaires : TERAO

Le projet BATICOV s'inscrit dans la continuité des travaux récents sur les outils de diagnostics et de gestion (Traverse et al., 2013, INERIS-Citychlor, 2013), des travaux sur les dispositifs constructifs dans le domaine du radon (CSTB, 2008, RADPAR, 2013) ou dans le domaine des sites et sols pollués (Leprond et al. 2013). A partir d’un état des lieux et de l’analyse des pratiques de terrain (technique, gestion, communication…), le projet BATICOV vise à apporter vis-à-vis des mesures constructives sur les bâtiments les clés nécessaires à la mise en œuvre durable des aménagements sur les sites impactés par des pollutions volatiles.

Compte tenu de la pression foncière, de la dynamique des lois de Grenelle incitant les collectivités à limiter l’étalement urbain, de l’inscription dans le PNSE2 (2009-2013) de la gestion des sites et sols pollués, la construction de bâtiments sur des sites présentant une pollution par des composés organiques volatils constitue un enjeu majeur. La réhabilitation de ces sites nécessite la mise en place de mesures de gestion efficaces et pérennes. Le recours à la dépollution des sources concentrées dans les sols peut laisser des pollutions résiduelles pour lesquelles des mesures de gestion constructives peuvent être nécessaires. Leurs objectifs sont alors de réduire les concentrations dans l’air intérieur et/ou de favoriser leur acceptation par les parties prenantes.

Depuis les années 2000 (MATE, 2000) et de manière plus systématique après la parution des documents méthodologiques pour la gestion des pollutions potentielles du milieu souterrain (MEDDE, 2007), de telles mesures de gestion constructives se sont de plus en plus développées.

La première étape du projet est l'établissement d'un panel des mesures constructives mises en œuvre en France. Elle constitue un préalable nécessaire à la deuxième étape reposant sur l'analyse des pratiques et des freins lors de l'ensemble des phases de vie du bâtiment (de la programmation à l'exploitation) avec une attention particulière sur sa construction, sa réception et son exploitation.

A travers l'étude d'une vingtaine d'opérations en France (documents, visites, interviews...) dont trois feront l'objet d'une évaluation in situ de l'efficacité des dispositifs, l’analyse des freins sera conduite lors des phases amont :

  • Du plan de gestion (choix de mettre en place un dispositif, choix du dispositif, dimensionnement),
  • De la conception,
  • De la construction jusqu'à la réception.
  • De l'exploitation.

Au-delà de l’identification des causes de déficience, la troisième étape consiste à analyser les conditions nécessaires permettant de garantir l'efficacité de la réduction des concentrations dans l'air intérieur sous les angles techniques et financiers, de communication (dont les enjeux psycho-sociaux de la perception, de l'acceptation et du langage spécifique), de la responsabilité juridique et de la gouvernance.

La quatrième et dernière étape est la réalisation des livrables :

  • La synthèse des freins et leviers appuyée par des fiches pédagogiques à destination des acteurs (promoteur, entreprise, propriétaire, exploitant...)
  • Des documents méthodologiques spécifiques à destination du propriétaire et de l'exploitant.

Ces livrables intégreront les clés de réussite associées à la transmission et à la compréhension des informations (techniques, financières et juridiques) et aux aspects de gouvernance (prise en compte de la chaîne d’acteurs, des contraintes décisionnelles et de la gestion de l’acceptation sociale).

D'une durée de 30 mois, le consortium comprend BURGEAP (coordonateur), le CSTB, l'INERIS, TERAO et le Cabinet Brun Cessac et Associés.

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

34 personnes ont trouvé ce contenu utile