Recherche et innovation

APPEAL - Adoption de pratiques alternatives à l’accumulation des objets

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Appel à projets de recherche : TEES - Transitions écologiques, économiques et sociales
Année de l’appel à projets : 2017
Programme de la stratégie de Recherche : Energie, Environnement et Société
Organisme coordinateur : CREDOC - Pole Eval. et Société
Partenaires : Université Paris Dauphine - DRM
Partenaires : INA - DDCOL
Zone d’implantation
des porteurs du projet :
Île-De-France / Paris / 75013

Le projet APPEAL vise à comparer les représentations et discours entourant les pratiques alternatives à l’accumulation d’objets (ré-emploi, location, troc, don, emprunt, mutualisation, glanage sur les trottoirs) :

  • Présents dans le média télévisuel à partir d’une analyse qualitative d’extraits télévisuels issus des collections de l’INA.
  • Avec les représentations et pratiques des ménages via différentes enquêtes (CREDOC, ADEME, etc) pour la plupart déjà disponibles, complétées d’entretiens qualitatifs.

L’évolution du rapport aux objets et l’abandon d’un modèle dominé par la possession individuelle exclusive et l’accumulation des objets constitue un des leviers pour diminuer l’empreinte environnementale des ménagesQuelles pratiques alternatives à l’accumulation sont présentées à la télévision ? Quelles catégories de population sont mises en avant (s’agit-il de publics stéréotypés ou non ?) ? Quels motivations et freins à ces pratiques sont présentés ? Quelles valeurs sociétales sont présentes dans les discours de manière explicites ou implicites ?

Le champ précis de la recherche, tant sur les catégories de pratiques que sur les objets étudiés est décrit plus loin, il sera affiné et lors de la phase de cadrage conceptuel. La comparaison des deux types de matériaux pourrait permettre de dégager des leviers de diffusion des pratiques alternatives à l’accumulation dans la population (mécanismes d’identification, valeurs de société) qui seront ensuite testés auprès d’un échantillon représentatif de la population pour être hiérarchisés et ainsi favoriser l’adoption de ces pratiques à une plus large échelle.

Un projet en 3 phases

  • La première phase du projet est consacrée à une étape primordiale dans l’optique d’un programme de recherche : fixer les termes de la recherche en opérant un cadrage conceptuel et méthodologique sur la base des matériaux de recherche déjà accessibles.
  • La deuxième phase du projet, l’analyse d’un corpus d’archives de programmes télévisés vise à mettre en évidence la valorisation des pratiques/catégories de population/motivations étudiées et à éclairer comment elles s’inscrivent médiatiquement au sein des valeurs dominantes.
  • La troisième phase (30 entretiens qualitatifs auprès d’individus pionniers et sans pratiques) a pour but de compléter les données manquantes repérées, de situer les pratiques les unes par rapport aux autres dans les parcours des individus pionniers, de recueillir leurs motivations et éléments de représentations mais aussi d’aborder le regard des individus sur les contenus télévisuels et d’approcher l’impact de ceux-ci sur les pratiques.

Les hypothèses formulées sur la base des phases précédentes sur les leviers et moteurs de diffusion possibles sont testées lors d’une quatrième phase à travers la passation d’une enquête quantitative en population générale (3000 personnes interrogées, échantillon national représentatif).

Les résultats intermédiaires ont été présentés à des professionnels techniques et de la communication à l’ADEME, ce qui a permis de structurer des réponses aux besoins.

Parmi les pistes envisagées, le partenariat avec l’INA permettra de produire une pastille vidéo qui pourra servir de support à des échanges avec les professionnels de l’information.

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

43 personnes ont trouvé ce contenu utile