Recherche et innovation

ALIMDURABLE - Développement des pratiques alimentaires durables au sein d’un territoire

statut du projet | En cours
Détails de la manifestation
Date de début : Janvier 2018
Date de fin : Janvier 2021
Appel à projets de recherche : TEES - Transitions écologiques, économiques et sociales
Année de l’appel à projets : 2018
Programme de la stratégie de Recherche : Energie, Environnement et Société
Organisme coordinateur : UBO - LEGO
Partenaires : UBS - LEGO
Partenaires : LA
Partenaires : ALOEN
Zone d’implantation
des porteurs du projet :
Bretagne / Finistere
Bretagne / Morbihan

AlimDURAble s’intéresse aux mécanismes de transition vers une alimentation plus durable. Plus précisément, le projet vise à construire des outils pour évaluer la diffusion des pratiques alimentaires domestiques vertueuses [d’un point de vue environnemental] chez les consommateurs, et comment le numérique peut supporter cette diffusion sur un territoire.

Les enjeux en matière de recherche sont de mieux comprendre les liens qui existent entre les compétences des mangeurs et leurs pratiques effectives. Grâce à ces informations, le projet cherche à évaluer si et comment le numérique est un outil vers une alimentation plus durable. Pour Lorient Agglomération, il s’agit d’offrir la possibilité aux habitants de tester de nouveaux outils pour devenir acteurs de la transition alimentaire locale. Le projet s’inscrit dans le cadre du Projet Alimentaire Territorial du Pays de Lorient et vient alimenter le projet de filière alimentaire locale. Par ailleurs, l’alimentation constitue un point d’entrée très efficace pour amener d’autres changements d’usage nécessaires à la lutte contre le changement climatique ce qui correspond au travail mené par ALOEN.

Le projet s’organise en deux grands volets.

Le premier, d’une durée de 1 an et demi, vise à mesurer les pratiques de l’alimentation durable en France. Grâce à une combinaison de deux enquêtes par questionnaires et d’une étude par entretien avec observation à domicile, les gestes du quotidien et les compétences nécessaires (connaissances, savoir-faire du quotidien, savoir évaluer la portée de ses gestes) sont étudiés. Le protocole méthodologique permet d’aller au-delà d’une étude des pratiques alimentaires durables par évaluation indirecte, via des données de consommation, tout en proposant une approche quantitative des pratiques afin de tendre vers des mesures généralisables à toute la population.

Le second, d’une durée de 2 ans et demi, vise à évaluer l’effet d’un outil numérique (site/application) dédié à un territoire, co-construit avec de futurs utilisateurs, afin de faciliter la vie des usagers pour s’alimenter de façon plus durable. Les fonctionnalités du site couvrent l’accès à l’offre locale ainsi qu’un volet pédagogique portant sur tous les aspects de l’alimentation durable : modes de production, transformation, emballage, consommation locale et saisonnière, pratiques de conservation à domicile des aliments, traitement des déchets, etc. L’évaluation est fondée sur une mesure avant-après (usage du site) des pratiques déclarées et des compétences.

Le projet Alimdurable à mi-parcours

Deux premières collectes de données, l’une par questionnaire, l’autre par entretiens et observations, ont été conduites. Leur analyse va permettre de construire la dernière enquête, administrée fin 2019, auprès d’un échantillon représentatif de la population française métropolitaine.

La revue de littérature réalisée en début de projet a permis de préciser la définition de l’alimentation durable, selon le point de vue du consommateur et qui englobe 5 piliers : le régime alimentaire, les modes de production, le degré de transformation et d’emballage des produits, leur caractère local et les pratiques domestiques alimentaires. Ces piliers sont mobilisés au cours de 3 « méta-pratiques » : s’approvisionner, choisir ses produits et s’alimenter à domicile.

 

D’un point de vue plus technique, les premiers résultats montrent que certaines des techniques statistiques testées dans le programme sont plus adaptées à la mesure des pratiques réelles, ce qui laisse entrevoir des perspectives pour des mesures plus fiables.

Concernant la seconde étape, une phase d’expression des besoins des futurs utilisateurs a été conduite à l’aide d’outils de psycho-ergonomie dans le but de créer un outil centré sur l’usage tenant compte des parcours d’utilisation. Le développement de l’outil final est en cours.

 

Les premiers enseignements de cette étape sont principalement organisationnels. Nous avons constaté que si la consultation de futurs usagers avait été relativement facile à organiser, celle des acteurs professionnels de la filière alimentaire est plus compliquée à mettre en œuvre.

Le projet est proposé pour une durée de 2 ans, et est porté par une équipe de chercheurs en marketing ayant déjà une forte expertise sur les comportements de consommation responsable.

Il permettra à l’ADEME de disposer d’outils de mesure fiables des pratiques alimentaires durables, d’une meilleure compréhension des leviers de développement de celles-ci, et enfin de tester, de façon réelle, la mise en place d’une application mobile portée par un territoire souhaitant intensifier son engagement dans le développement durable.

Résumé video du projet:

ce contenu vous a-t-il été utile ? OUI

39 personnes ont trouvé ce contenu utile